AVANT-PAPIER -Hollande à Tanger pour une démonstration d'amitié franco-marocaine

le
0

* Mohammed VI et François Hollande se rencontrent * Une relation privilégiée, d'importants liens économiques * Après la France, le Maroc prendra la présidence de la Cop par Jean-Baptiste Vey PARIS, 18 septembre (Reuters) - La France et le Maroc veulent démontrer à l'occasion de la visite de François Hollande ce week-end à Tanger que leurs relations sont désormais au beau fixe, après une brouille inédite dans leur histoire récente, et donner une impulsion supplémentaire à la lutte contre le dérèglement climatique. Le président français passera deux jours à Tanger, une région dont le développement est accompagné par des grands groupes français, à l'image du port de Tanger Med, le deuxième plus important du pays, et de la ligne ferroviaire à grande vitesse Tanger-Casablanca en construction, qui feront chacun l'objet d'une visite avec le roi Mohammed VI. Lors d'une troisième visite, François Hollande et Mohammed VI poseront la première pierre d'un institut de formation aux métiers des énergies renouvelables, une priorité pour le Maroc qui présidera la Cop22 et organisera à ce titre les rencontres de Marrakech en novembre 2016, après la Cop21 à Paris. Un "Appel de Tanger" sur la lutte contre le dérèglement climatique sera signé par le roi et le président français. Faire trois visites de terrain avec le souverain chérifien est sans précédent et montre que la récente dispute entre les deux pays est déjà loin, souligne-t-on à Paris. "Cette page-là est tournée", explique-t-on. "Depuis plusieurs mois déjà, on n'est plus dans la réconciliation, on est dans la reprise d'une relation très dense et surtout dans l'identification de chantiers sur lesquels on peut travailler." La France et le Maroc ont scellé leur réconciliation en mai après une année de tensions. La brouille avait éclaté en février 2014 avec la convocation d'un juge français visant le chef du renseignement marocain, Abdellatif Hammouchi, accusé de "torture" et de "complicité de torture". RENCONTRE AVEC UN PREMIER MINISTRE ISLAMISTE Le Maroc avait suspendu les accords de coopération judiciaire et la coopération sécuritaire entre les deux pays avait été perturbée, à l'heure où des milliers de Français et de Marocains ont rejoint les rangs de l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Une douzaine d'accords ont depuis été signés, dont une convention judiciaire critiquée par les associations de défense des droits de l'Homme. Les autorités françaises semblent n'avoir envie d'aucune discorde sur un autre sujet, celui des deux journalistes français soupçonnés d'avoir réclamé de l'argent pour ne pas publier un livre à charge contre Mohammed VI, qui ont été mis en examen en France pour chantage et extorsion de fonds. Le président français rencontrera également lors de sa visite le Premier ministre marocain, Abelilah Benkirane, seul chef de gouvernement islamiste dans le monde arabe. François Hollande sera accompagné de dirigeants d'entreprises françaises impliquées dans les chantiers de la région de Tanger ou intéressées par le développement du Maroc comme la SNCF, Alstom, Bouygues, CMA-CGM, Renault, EDF, Suez, Veolia, Lafarge ou Engie, de plusieurs membres du gouvernement, dont la nouvelle ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui a grandi à Tanger, et les ministres des Affaires étrangères, de l'Ecologie et de l'Education nationale. Si l'Espagne a ravi à la France la place de premier partenaire commercial du Maroc, cette dernière reste loin devant si l'on compte les investissements (12 milliards d'euros de stock, 800 millions de flux). En matière de tourisme, les Français sont les plus nombreux à visiter le Maroc (1,8 million). Le Maroc, qui monte en gamme, est désormais exportateur net vis-à-vis de la France, aidé par les ventes d'automobiles, un secteur dont l'usine Renault de Tanger est un emblème. La communauté française au Maroc compte 50.000 personnes, plus toutes celles qui ne sont pas enregistrées. Quelque 200.000 visas pour la France sont délivrés chaque année par les consulats au Maroc. Côté financier, deux milliards d'euros sont transférés chaque année au Maroc par des Marocains résidant en France, soit 36% du total des transferts effectués par des Marocains résidant à l'étranger. Tourné vers l'Europe et la France, le Maroc est aussi le premier investisseur en Afrique occidentale et commence à jouer un rôle de hub économique entre l'Europe et l'Afrique, souligne-t-on en outre à Paris. (Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant