AVANT-PAPIER-Hollande à Lisbonne et Dublin pour travailler à l'avenir de l'UE

le
1
    PARIS, 18 juillet (Reuters) - François Hollande travaillera 
avec les dirigeants portugais et irlandais, mardi à Lisbonne et 
jeudi à Dublin, sur les réformes qui doivent être examinées par 
les Européens en septembre, notamment dans les domaines de la 
sécurité et de la défense. 
    Avec la relance de l'économie, l'investissement et la 
jeunesse, la protection des Européens a été affirmée comme 
priorité pour l'Europe après le vote des Britanniques en faveur 
de la sortie du Royaume-Uni de l'Union le 23 juin. 
    A son retour de Dublin, François Hollande recevra jeudi la 
nouvelle Première ministre britannique, Theresa May, à l'Elysée. 
La lutte contre le terrorisme et le "Brexit" seront au coeur de 
la rencontre, a précisé la présidence de la République. 
    En raison de l'attaque qui a fait 84 morts à Nice le 14 
juillet, François Hollande a dans le même temps reporté après 
l'été sa visite en République tchèque, Autriche et Slovaquie 
prévue ce mercredi. 
    Le travail qui s'engage entre Européens est complexe et il 
faudra discuter avec chaque Etat membre pour avancer, 
souligne-t-on à Paris. 
    "Si on laissait les choses en l'état, si l'on ne prenait pas 
d'initiative, si l'on ne redonnait pas cette capacité 
d'impulsion, de relance, il y aurait un risque énorme de 
désagrégation", explique un diplomate, citant la "défiance des 
peuples" envers l'Union européenne et des "fractures" entre 
Etats membres. 
    François Hollande doit dans ce cadre rencontrer rapidement 
les présidents de la Commission et du Conseil européens, 
Jean-Claude Juncker et Donald Tusk, effectuer d'autres 
déplacements en Europe et recevoir certains homologues à Paris. 
     
    PROPOSITIONS CONCRÈTES EN SEPTEMBRE 
    Il se rendra le 22 août en Italie pour une réunion de 
travail avec le président du Conseil, Matteo Renzi, et la 
chancelière allemande, Angela Merkel, sur le modèle de leur 
rencontre le 27 juin à Berlin. 
    Les dirigeants des trois pays - fondateurs de la Communauté 
européenne et les plus peuplés - ont publié à l'issue de cette 
réunion une déclaration commune énonçant ces nouvelles priorités 
pour l'Europe.    
    Parmi les pistes poussées par Paris figure le renforcement 
des capacités militaires européennes pour acquérir une autonomie 
stratégique, en complémentarité avec l'Otan, et pouvoir 
intervenir beaucoup plus rapidement, et le soutien aux pays 
africains sur les plans militaire et économique. 
    Côté investissements, François Hollande souhaite que le plan 
Juncker soit prolongé et son montant doublé. Pour les jeunes, 
l'amplification du programme d'échanges Erasmus est examinée. 
    La France demande en outre une accélération de 
l'harmonisation fiscale et sociale au sein de la zone euro. 
    Les discussions entre Européens auront lieu pendant tout 
l'été pour mettre des propositions concrètes sur la table le 16 
septembre à Bratislava, capitale de la Slovaquie qui préside 
l'Union européenne, explique-t-on à Paris. 
    "A Bratislava on peut se mettre d'accord sur les objectifs 
et se donner des mandats pour adopter, dans les mois qui 
suivent, des propositions concrètes", ajoute-t-on. 
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2266292 il y a 5 mois

    Que va faire cet incompétent, se faire coiffer?