AVANT-PAPIER-Echaudés en décembre, les marchés prudents avec la BCE

le
0
    * Statu quo attendu après la déception de décembre 
    * Très faible probabilité d'une baisse des taux, estime le 
marché 
    * Une action de la BCE possible en cours d'année 
 
    par Marius Zaharia 
    LONDRES, 18 janvier (Reuters) - Les marchés financiers 
jugent très peu vraisemblable que la Banque centrale européenne 
(BCE) abaisse les taux cette semaine, en dépit de la rechute des 
cours pétroliers et d'anticipations d'inflation sur le long 
terme qui n'ont jamais été aussi basses depuis plus de trois 
mois. 
    Au vu de l'écart entre les taux interbancaires à 24 heures 
spot et les taux forward calés sur le calendrier des réunions de 
la BCE, le marché monétaire fixe à moins de 10% la probabilité 
d'une nouvelle baisse des taux de 10 points de base ce mois-ci.  
    La probabilité passe à 50% en mars, mois de révision des 
prévisions de l'Eurosystème de la BCE, et à 100% à la mi-2016. 
 ECBWATCH  
    Les marchés avaient été désappointés en décembre, lorsque la 
BCE s'était contentée d'abaisser de 10 points de base son taux 
des dépôts, le ramenant à -0,30%, et de prolonger de six mois 
jusqu'en mars 2017 son programme de rachat mensuel de 60 
milliards d'euros d'actifs.  
    Au vu de ce que la BCE avait laissé paraître, et habitués à 
être surpris par l'énergie des mesures habituellement prises par 
le président Mario Draghi, ils attendaient une augmentation de 
ces achats mensuels, une baisse des taux plus franche et 
d'autres mesures. 
    "Je ne me rappelle pas d'une autre réunion monétaire à 
l'issue de laquelle Draghi ait à ce point surpris les marchés, 
mais dans le mauvais sens", observe Elwin de Groot, économiste 
de Rabobank. "J'en ai déduit une réticence à agir davantage." 
    Une enquête Reuters publiée ce lundi montre que les 
intervenants du marché monétaire, à une courte majorité, ne 
voient pas la BCE abaisser encore le taux des dépôts dans les 
six mois qui viennent.   
    "On ne s'attend pas à ce que la BCE décide d'un nouveau coup 
de pouce monétaire cette semaine", dit Alexander Aldinger, 
analyste de Bayerische Landesbank. "Mais après la déception de 
la réunion de décembre, le ton devrait être un peu plus 
accommodant."  
    Reuters a rapporté la semaine dernière que beaucoup de 
responsables de la BCE doutaient qu'un nouvel assouplissement 
s'impose pour l'instant, conclusion tirée après avoir interrogé 
cinq d'entre eux.     
     
    L'INFLATION FAIT GRISE MINE 
    Les anticipations d'inflation à long terme au sein de la 
zone euro, mesurées par l'inflation à cinq ans à un horizon de 
cinq ans  EUIL5YF5Y=R , ont replongé avec le nouveau coup de 
bambou des cours pétroliers, touchant leur niveau le plus bas 
depuis début octobre, en deçà de 1,60%. 
    Cet indicateur, qui montre à quel niveau les marchés 
situeront en 2021 les anticipations d'inflation de 2026, a cédé 
plus de 20 points de base depuis ses pics de décembre. Il se 
trouve à moins de 10 points de base du plancher touché en 
janvier 2015, une semaine avant que la BCE annonce son programme 
d'assouplissement quantitatif.  
    Les swaps d'inflation à un an  EUHCPT1Y=ICAP  sont un petit 
peu en dessous de zéro ce qui veut dire que le marché voit 
l'inflation de la zone euro, actuellement de 0,2%, baisser 
encore, au lieu de remonter vers l'objectif de la BCE, qui est 
d'un petit peu moins de 2%. 
    Les swaps d'inflation à deux ans sont tout juste inférieurs 
à 0,3%. A 30 ans, ils dépassent à peine 1,6%. 
    Un euro plus faible créerait de l'inflation importée mais à 
1,09 dollar  EUR= , il est en hausse de près de 4% sur son cours 
de la veille de la réunion de décembre. 
    La BCE projette pour l'instant une croissance de 1,7% dans 
la zone euro cette année et une inflation de 1,0%, en prenant 
pour hypothèse un cours du baril de brut de 52,20 dollars. Le 
baril a touché 27,67 dollars lundi, son cours le plus bas depuis 
2003. 
    "Vu que la BCE fait reposer sa prévision d'inflation sur une 
hypothèse (du baril de brut de 52,20 dollars), on peut penser 
qu'il y aura révision à la baisse et on peut aussi en déduire 
que les conjectures d'un nouvel assouplissement monétaire iront 
en s'amplifiant", énonce Mark Dowding (BlueBay Asset 
Management). 
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand 
Boucey) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant