AVANT-PAPIER-Après la Chine et la Fed, Wall Street menacée par les résultats

le
0

(Répétition sans changement d'une dépêche diffusée dimanche) par Sinead Carew NEW YORK, 7 septembre (Reuters) - Les difficultés des économies émergentes, en particulier le ralentissement en Chine, et les incertitudes provoquées par le relèvement attendu des taux d'intérêt aux Etats-Unis ont déjà désorienté les investisseurs, elles pourraient maintenant les conduire à revoir à la baisse leurs prévisions de résultats et provoquer rapidement de nouveaux remous à la Bourse de New York. Wall Street, fermée lundi pour cause de Labour Day, s'attend à un recul de 3,4% des bénéfices du Standard & Poor's-500 sur le trimestre en cours et les anticipations ont déjà baissé pour neuf des 10 secteurs de l'indice cette année, selon les données de Thomson Reuters. Le chiffre d'affaires du S&P-500 devrait pour sa part se contracter de 2,8% sur le trimestre, affaibli par la forte baisse des secteurs de l'énergie et des matières premières. Alors que les entreprises ont tendance à ajuster leurs propres prévisions vers la fin du trimestre, les estimations des analystes pourraient devenir encore plus pessimistes. "Les analystes vont probablement maintenir la bride sur le cou avant la saison des résultats trimestriels. Cela pourrait arriver assez rapidement", dit Tim Ghriskey, responsable de l'investissement chez Solaris Group, dans l'Etat de New York. L'indice dollar .DXY mesurant la valeur du billet vert face à un panier de devises de référence a progressé de 0,8% depuis le début du trimestre après avoir reculé de 2,9% au cours des trois mois précédents. Pour Tim Ghriskey, la vigueur du dollar pèse sur la compétitivité des entreprises américaines tournées vers le marché international et donc sur leurs résultats. La demande s'est en outre probablement contractée, ou au moins a-t-elle ralenti, sur de nombreux marchés auparavant porteurs comme la Chine, le Brésil ou la Russie. LES TÉLÉCOMS, ÎLOT D'OPTIMISME Jim Paulsen, responsable des investissements de Wells Capital Management, souligne que, comme la majorité des entreprises du S&P ont tendance à battre les prévisions de bénéfices chaque trimestre, il s'attachera pour sa part à examiner cette fois-ci davantage l'évolution du chiffre d'affaires que le résultat net des entreprises, lequel peut être artificiellement gonflé par des réductions de coûts ou des rachats d'actions. Il ne se montre toutefois guère optimiste pour le trimestre à venir. "Il me semble évident que les résultats de ventes seront une nouvelle fois un peu décevants", dit-il. "Quand on observe ce qui passe dans les économies à travers le monde, cela ne donne pas vraiment une bonne image de ce que sera la croissance du haut du bilan. La question est de savoir dans quelle mesure tout cela est déjà pris en compte." Les télécommunications .SPLRCL , dont l'activité aux Etats-Unis est en grande partie épargnée par les aléas de la conjoncture mondiale, est le seul indice sectoriel du S&P dont les prévisions de résultats pour le troisième trimestre ont augmenté, aussi bien pour le chiffre d'affaires que pour les bénéfices. En raison de la chute des cours du pétrole, le secteur de l'énergie .SPNY est en revanche le moins performant avec, en l'état actuel, un effondrement anticipé de 62% des bénéfices et de 33% du chiffre d'affaires. Pour les analystes, le secteur des matières premières .SPLRCM devrait pour sa part faire état d'une contraction de 11,8% de ses bénéfices et de 10,4% de son chiffre d'affaires avec la baisse des cours. Le secteur industriel .SPLRCI , fortement exposé aux marchés extérieurs, devrait voir ses bénéfices reculer de 4,9% et son chiffre d'affaires de 5%. De nombreux investisseurs espéraient un retour au calme en septembre après la forte volatilité du mois d'août. La faiblesse attendue des résultats d'entreprises pourrait toutefois amener des intervenants déjà nerveux à remettre une nouvelle fois en question leurs valorisations. "Beaucoup de personnes pensent que le marché va se remettre en place. Si nous constatons que les fondamentaux mettent à mal ce scénario, cela pourrait être un élément très important de cette saison des résultats", prévient Jim Paulsen. (Bertrand Boucey pour le service français)

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant