Avant même les premières révélations, "MexicoLeaks" fait polémique

le
0
Avant même les premières révélations, "MexicoLeaks" fait polémique
Avant même les premières révélations, "MexicoLeaks" fait polémique

Tout juste lancé, le site internet MexicoLeaks, inspiré du célèbre WikiLeaks, n'a encore révélé aucun document secret, mais il est déjà au coeur d'une polémique après le licenciement d'une des journalistes les plus en vue du pays.Carmen Aristegui, âgée de 51 ans, ne présente plus depuis lundi le journal matinal très suivi de MVS Radio, après un conflit ouvert avec la direction sur le licenciement de deux membres de son équipe de reportage, accusés d'utiliser la marque et les moyens de MVS pour faire la promotion de MexicoLeaks.C'est elle qui avait annoncé, la semaine dernière, le lancement du site, précisant que son équipe au sein de la radio y participait.Tout comme WikiLeaks, la plateforme mexicaine utilise un logiciel d'encryptage pour encourager la population à lui transmettre des documents confidentiels de manière anonyme, sans crainte de représailles.Le but de ce projet, porté par plusieurs médias et huit groupes de droits civiques ? Exposer au grand jour la corruption, principal fléau du Mexique avec le narcotrafic.Mais avant même ses premières révélations, la polémique a éclaté: MVS Radio a pris ses distances avec le site, licencié deux reporters de l'équipe de Carmen Aristegui, avant de renvoyer lundi la célèbre journaliste, qui avait lancé un ultimatum à la station pour qu'ils soient réintégrés.Ses partisans et plusieurs ONG ont immédiatement dénoncé une attaque à la liberté de la presse.L'équipe d'investigation de Carmen Aristegui avait révélé l'an dernier l'achat par l'épouse du président mexicain Enrique Peña Nieto d'une luxueuse maison à une entreprise de construction bénéficiant de contrats de l'Etat.Cette affaire mettait au jour, selon la journaliste, un possible conflit d'intérêts, une accusation niée par le président et par son épouse et qui n'a pour l'instant donné lieu à aucune suite judiciaire pour la première dame."Notre équipe est décidée à mener la bataille pour la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant