Avant même le putsch, la Turquie voulait purger l'armée

le
0
Avant même le putsch, la Turquie voulait purger l'armée
Avant même le putsch, la Turquie voulait purger l'armée

Des propos qui risquent de relancer la théorie d'un coup monté de Recep Tayyip Erdogan. Son propre gendre, également ministre de l'Energie, a affirmé mercredi devant des journalistes étrangers que les autorités turques étaient prêtes avant même la tentative de putsch à «démettre» de l'armée des militaires fichés comme «gülénistes» par le régime. La purge lancée juste après le putsch manqué aurait donc de toute façon eu lieu. 

 

Berat Albayrak, marié à la fille du président Erdogan, a laissé entendre que les militaires concernés avaient déclenché le putsch dans la nuit du 15 au 16 juillet, après avoir eu connaissance de ce projet de purge.

 

VIDEO. Les sympathisants d'Erdogan se rassemblent sur la place Taksim

Des listes de suspects envoyés avant le putsch

 

 «[Les gülénistes] avaient été découverts [par les autorités] et les listes [de suspects] avaient été envoyées aux ministères concernés», assuré le ministre de l'Energie. Le Conseil militaire suprême (YAS) devait se réunir au courant de l'été pour expulser de l'armée tous les officiers soupçonnés d'être liés à Fethullah Gülen.

 

Fethullah Gülen est un prédicateur vivant en exil aux États-Unis et accusé par Erdogan d'être derrière le coup d'Etat manqué. Il est à la tête d'un mouvement influençant plusieurs institutions turques, des universités à l'armée, en passant par les médias, et les mosquées du pays. Il a toujours démenti être à l'origine du putsch. 

 

«Quand ils (les rebelles militaires) ont compris que les choses allaient se passer ainsi, ils ont pris la décision finale, aux abois» et ont tenté de prendre le pouvoir, a poursuivi Berat Albayrak.

 

>>> A lire aussi : 1 200 militaires relâchés après le putsch manqué

 

«Un putsch coordonné»

 

Pendant les quelques heures du putsch, Berat Albayrak, 38 ans,  se trouvait avec son épouse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant