Avant la levée des sanctions, échange de détenus USA-Iran

le
0
    * L'Iran libère cinq Américains 
    * Les USA vont relâcher sept détenus iraniens 
    * L'AIEA doit annoncer que l'Iran a respecté ses engagements 
    * La levée des sanctions contre Téhéran devrait suivre 
    * L'Iran va acheter 114 Airbus 
 
    par Lesley Wroughton et Sam Wilkin 
    VIENNE/DUBAI, 16 janvier (Reuters) - L'Iran a libéré samedi 
cinq Américains, dont un journaliste du Washington Post, à 
quelques heures de l'annonce attendue de la levée des sanctions 
internationales contre Téhéran, conséquence de l'accord sur le 
nucléaire conclu en juillet dernier à Vienne. 
    Pour leur part, les Etats-Unis vont libérer sept Iraniens, 
dont six ont aussi la nationalité américaine, arrêtés aux 
Etats-Unis pour avoir violé les sanctions visant la République 
islamique.  
    Washington a aussi décidé d'annuler les poursuites lancées 
contre 14 autres Iraniens soupçonnés d'avoir participé à l'achat 
d'armes aux Etats-Unis afin de les livrer à l'Iran et dont 
Washington réclamait l'extradition via Interpol. 
    Parmi les Américains libérés figurent le chef du bureau du 
Washington Post à Téhéran, Jason Rezaian, détenu depuis 2014 et 
condamné pour espionnage  , l'ancien "marine" Amir 
Hekmati, le pasteur Saeed Abedini et Nosratollah Khosravi. Ces 
quatre hommes ont également la nationalité iranienne.  
    Selon des responsables américains, un cinquième Américain, 
l'étudiant Matthew Trevithick, a été libéré séparément par les 
Iraniens. 
    L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devrait 
annoncer dans les heures qui viennent que l'Iran a respecté les 
engagements fixés par l'accord sur le nucléaire conclu le 14 
juillet dernier à Vienne avec le groupe P5+1 (Etats-Unis, 
Russie, France, Chine, Grande-Bretagne et Allemagne). 
    Cette annonce doit entraîner la levée de la plupart des 
sanctions internationales imposées à Téhéran par l'Onu, les 
Etats-Unis et l'Union européenne. 
     Concrètement, des milliards de dollars vont alors pouvoir 
être investis dans la République islamique. 
     
    "UNE BONNE JOURNÉE" 
    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre 
iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif se sont 
entretenus dans l'après-midi dans un hôtel de la capitale 
autrichienne, siège de l'AIEA. 
    "La journée d'aujourd'hui est une bonne journée pour le 
peuple iranien puisque les sanctions vont être levées", avait 
auparavant déclaré le chef de la diplomatie iranienne à l'agence 
de presse Isna. 
    "Aujourd'hui, avec la publication du rapport du chef de 
l'AIEA, l'accord nucléaire sera appliqué, après quoi une 
déclaration commune sera faite pour annoncer l'entrée en vigueur 
de l'accord", avait-il poursuivi. 
    Le ministre iranien devait aussi rencontrer dans la journée 
à Vienne la Haute Représentante de l'UE pour la politique 
étrangère et de sécurité commune, Federica Mogherini, et le 
directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano. 
    Dès avant l'annonce de la levée des sanctions, l'agence de 
presse iranienne Mehr a annoncé que des dirigeants de deux des 
plus importantes compagnies pétrolières mondiales, Shell 
 RDSa.L  et Total  TOTF.PA , étaient arrivés à Téhéran pour des 
discussions avec les sociétés d'Etat. 
    L'Iran a par ailleurs décidé d'acheter 114 avions civils à 
Airbus  AIR.PA , a annoncé le ministre iranien des Transports. 
    
    Depuis juillet, l'Iran a réduit de façon drastique le nombre 
de ses centrifugeuses installées sur ses sites d'enrichissement 
de l'uranium, livré des tonnes l'uranium faiblement enrichi à la 
Russie et démantelé le coeur de son réacteur nucléaire d'Arak. 
    
 
 (Henri-Pierre André, Danielle Rouquié et Guy Kerivel pour le 
service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant