Avant Cahuzac, d'autres politiques ont clamé leur innocence «dans les yeux»

le
1
VIDEOS - Les aveux de Jérôme Cahuzac ont secoué le monde politique. Avant lui, d'autres politiques avaient tenu des positions difficiles, affirmant dire la vérité contre la calomnie.

Après avoir nié haut et fort dans tous les médias et à l'Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac a reconnu mercredi l'existence d'un compte en Suisse depuis une vingtaine d'années. Ce revirement a engendré critiques et réactions hostiles envers lui. L'ex-ministre du Budget n'est pas le premier à clamer une innocence «les yeux dans les yeux» contre vents et marées. Retour sur quelques exemples de déclarations solennelles pas toujours vraies.

Chirac et Mitterrand dans les yeux

Lors du débat d'entre-deux tours de l'élection présidentielle de 1988, Jacques Chirac fait face à François Mitterrand. Le premier, chef du gouvernement, interpelle le second, président en exercice, sur le terrorisme. Mitterrand accuse Chirac d'avoir permis la libération de Wahid Gordji en sachant q...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 4 avr 2013 à 08:29

    L’hyperchleuasme (consiste à se déprécier et avouer un forfait afin d'en cacher un plus grand). Donc d'avouer un ensemble de fautes commises par les politiques dans le cadre de la sociale-démocratie : oui nous cumulons les mandats, oui nous nous en mettons plein les poches, oui nous avons des cagnottes en argent liquide, oui nous sommes coupables... pour masquer le fait que la sociale-démocratie est, fondamentalement, philosophiquement et légalement un système basé sur la corruption.