Avant/après : des chambres d'hôtes de luxe dans un appartement bourgeois

le
0

EN IMAGES - Au terme de gros travaux, cet appartement de 130 m² dans le centre de Paris a été remodelé pour accueillir trois chambres d’hôtes de luxe. Visite.

Comme d’autres, Sabine Billat a eu un jour envie de changer de vie. Après avoir été cadre supérieur dans un organisme de crédit, elle a choisi de mettre en œuvre son goût pour la décoration et l’ameublement pour transformer profondément le logement dont elle disposait. Le vaste appartement bourgeois de 180 m² dans le 9e arrondissement de Paris a d’abord été découpé pour ne laisser que 50 m² à usage privatif, le reste étant destiné à devenir des chambres d’hôtes haut de gamme.

«C’était déjà une performance sur 130 m² d’appartement haussmanien de réussir à intégrer trois chambres confortables avec leur salle de bain ou salle d’ain ainsi qu’une cuisine dînatoire et un vaste salon», se félicite-t-elle. Et elle ne s’est pas contentée de cela: usant de ses talents de négociatrice commerciale, elle a agrémenté les lieux d’éléments de décorations d’artiste ou de grandes marques de luxe.»

Des meubles dessinés par la propriétaire et fabriqué après un appel d’offres

Et lorsque ses envie sont inaccessibles: comme les meubles Baccarat dont elles rêve, elle contourne la difficulté. Elle a ainsi dessiné elle-même une partie du mobilier habillé de miroirs avant de le faire réaliser en Europe de l’Est suite à un appel d’offres. Au final, pour cette réalisation hors norme, elle estime avoir maintenu le coût des transformation sous la barre des 1500 euros le mètre carré.

Baptisé Eliel, cet hébergement est proposé en direct via un site Internet très soigné à l’image des lieux, mais aussi assez curieusement via les Gîtes de France dont 2% des logements sont disponibles en plein cœur des villes. «Je n’ai pas voulu mélanger les genres et proposer mes chambres sur un site comme Airbnb, précise Sabine Billat. Je tiens à assurer un haut niveau de prestations et un aspect 100% légal.»

Tarifs haut de gamme

Alors forcément, les tarifs sont à la hauteur: compter 180 à 240 euros la nuit. Le prix du luxe et de la petite série, puisque les lieux ne proposent que 3 chambres alors que le maximum autorisé est de 5. «Accueillir 5 ou 10 personnes, ce n’est pas la même chose, la relation avec les clients est différente», souligne-t-elle. Pas question pour elle d’agrandir les lieux, d’autant qu’elle tient à rester dans les limites de l’auto-entrepreneur dont les revenus annuels pour ce type d’activité est limité à 82.200 euros.

Malgré les sollicitations pour étendre ses activités, donner des conseils de décorations, elle s’en tient pour l’instant à soigner ses clients, ce qu’elle décrit comme une «démarche d’épanouissement». Mais les envies professionnelles ne tarderont pas à reprendre le dessus et déjà l’hôtesse de fraîche date envisage une activité complémentaire dans un créneau radicalement différent qu’elle ne tient pas à dévoiler pour l’instant.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant