Avant/après: d'une chambre vieillotte à un studio grand confort

le
0

EN IMAGES - AVANT-APRES - Cette chambre détachée d’un appartement plus grand est devenue, après 38.000 euros de travaux, un studio indépendant ultrafonctionnel.

Il se définit comme un architecte «pop et contemporain» mais, au-delà de son goût pour les couleurs vives, la marque de fabrique de Cyril Rheims, c’est d’optimiser parfaitement les petites surfaces. Une spécialité très demandée à Paris, même si l’architecte est également présent à Montpellier.

Dans le cas de cette rénovation d’un appartement parisien situé au cinquième étage, le cahier des charges était assez délicat. Il s’agissait de tirer le meilleur parti d’une surface de 22 m² destinée à la location, moyennant 1 700 euros du mètre carré. Ce petit appartement, issu de la division d’un logement plus grand, disposait déjà de sa propre porte et de sa salle de bains. Mais il n’avait pas été rafraîchi depuis bien longtemps et devait pouvoir accueillir deux personnes dans les meilleures conditions. Dernières contraintes: utiliser des matériaux pérennes et faciles d’entretien pour qu’il ne s’abîme pas malgré les locations de courte durée et afin que les prochains travaux puissent se faire le plus tard possible.

«Pour conserver un espace à vivre des plus agréables, toutes les fonctions ont été repoussées sur les murs périphériques », souligne Cyril Rheims. C’est ainsi qu’il a dessiné le long du mur ce qui s’apparente à un escalier : sur le niveau le plus bas, le meuble TV vidéo, puis un cran au-dessus le meuble de rangement et enfin le plan de travail de la cuisine abritant four et lave-vaisselle. Optimisation toujours: le prolongement du plan de travail fait office de table pouvant accueillir confortablement deux personnes. L’endroit peut évidemment aussi servir de bureau.

Un jeu d’encastrement

Et sur le mur d’en face, tous les autres rangements (placards et penderie) ont été encastrés. Aucun espace n’est perdu puisque dans un renfoncement un marchepied triangulaire abrite un ingénieux rangement à chaussures. Même chose pour le lit, qui glisse sous une estrade. En mode jour, seul un tiers de sa longueur dépasse et il fait donc office de canapé, sa tête de lit tenant lieu de dossier. Et la nuit, il suffit de le sortir intégralement de son logement.

La salle de bains n’a pas été négligée. Sur une surface très parisienne, elle accueille douche, toilettes et vasque, s’offrant même le luxe d’intégrer une machine à laver. Simplement, il a fallu opter pour un modèle extraplat (30 cm de profondeur). Petite touche déco faisant son effet à peu de frais : un habillage du mur et du plafond avec des tasseaux pour apporter une touche de bois et de chaleur.

Alors que les couleurs retenues pour la déco sont plutôt neutres, du blanc au gris, l’éclairage est aussi là pour réchauffer l’ambiance. De nombreux spots, appliques et autres sources lumineuses compensent l’exposition plein nord des lieux et apportent des touches de couleur et de fantaisie.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant