Avalanches: le DVA, ceinture de sécurité du skieur aventureux

le
0
Avalanches: le DVA, ceinture de sécurité du skieur aventureux
Avalanches: le DVA, ceinture de sécurité du skieur aventureux

Ce n'est pas une assurance tous risques mais à l'instar de la ceinture de sécurité, il peut sauver la vie: le détecteur de victimes d'avalanches (DVA) est pour les secours en montagne la protection indispensable du skieur aventureux.Fonctionnant en émetteur-récepteur branché sur une fréquence de 457 kHz, ce petit boitier que les adeptes du hors-piste portent sous la combinaison permet, en cas de coulée, de repérer le skieur enseveli dès les premiers instants. Une période "cruciale" pour sa survie, durant laquelle les secours ont rarement le temps d'intervenir.Ce DVA était autrefois communément appelé par les skieurs ARVA -- appareil de recherche des victimes d'avalanche --, mais ARVA est une marque déposée. Selon une étude suisse, une victime dégagée en moins de 18 minutes, si elle n'est pas décédée sous le choc de l'avalanche, a en effet plus de 90% de chances d'en réchapper. Passé ce délai, le scénario s'assombrit brutalement en raison des risques d'asphyxie: après 35 minutes, le taux de survie tombe à 34%.D'après les données accidentologiques relevées par l'Association nationale d'étude de la neige et des avalanches (Anena), 86% des skieurs de randonnée sont équipés de DVA. Mais "en ski hors-piste, le chiffre tombe à une personne sur deux. C'est très inquiétant", déplore Dominique Létang, son directeur. Et à 14% chez les marcheurs en raquettes, qui peuvent aussi prendre des risques.A Ceillac (Hautes-Alpes), les six skieurs du Club alpin français retrouvés morts le 25 janvier dans une avalanche, portaient tous un DVA mais d'autres facteurs ont conduit au drame. Le lycéen décédé cette semaine dans le Vercors en revanche n'en portait pas et n'a pu être sauvé, contrairement à deux de ses compagnons de sortie scolaire.- Pelle, sonde et sac airbag en appui -Pour les professionnels du secours en montagne, l'usage du DVA permet aussi de réduire l'exposition des secouristes, qui peuvent passer des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant