Aux Pays-Bas, la crise fait vaciller le gouvernement

le
0
L'extrême droite refuse de voter les coupes budgétaires envisagées.

Jean-Jacques Mével, correspondant à Bruxelles

Le soupçon s'alourdit sur la fermeté de l'Europe à remettre en ordre ses finances publiques: le gouvernement néerlandais, allié inflexible de l'Allemagne sur le front de la discipline collective, se retrouve sur un siège éjectable après l'échec, ce week-end, de six semaines de tractations afin de réduire son déficit.

Dans ce qui s'apparente à un coup de théâtre, le chef de l'extrême droite, Geert Wilders (PVV, Parti pour la liberté), a refusé samedi des coupes budgétaires «qui, dictées par Bruxelles, reviendraient à saigner les retraités». Geert Wilders, eurosceptique déclaré, n'appartient pas au gouvernement. Mais son départ prive la coalition minoritaire du premier ministre Rutte de toute majorité au Parlement. Sans le soutien du PVV, conservateurs et libéraux disposent à peine du tiers des députés.

«Les élections sont désormais une évidence», a concédé le libéral Mark Rutte, entré en fonction en o

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant