Aux États-Unis, scandale sur les méthodes du planning familial

le , mis à jour le
0
Capture d'écran de la vidéo montrant la responsable du planning familial piégée par des militants anti-avortement.
Capture d'écran de la vidéo montrant la responsable du planning familial piégée par des militants anti-avortement.

Deux activistes de l'association « pro-life » (littéralement pro-vie, donc contre l'avortement) Center for Medical Progress se sont fait passer pour des représentants d'une société biotechnologique et ont filmé en caméra cachée leur rencontre avec le docteur Deborah Nucatola, responsable du planning familial américain, le « Planned Parenthood Federation of America » (PPFA), en juillet 2014.La responsable avoue la revente de « pièces » d'embryons humains, revendus comme des organes humains. Autre déclaration choquante, la responsable reconnaît avoir recours à l'avortement par naissance partielle pour mieux récupérer des organes et des corps intacts, et ainsi être en mesure de répondre à la demande.«  Aucun bénéfice »Pour se justifier, le PPFA a affirmé au New York Times qu'il ne faisait aucun profit, mais qu'il se faisait rembourser des coûts induits par le transport et l'opération. « Dans quelques-uns de nos centres médicaux, nous aidons les patients qui veulent donner des organes à la recherche scientifique, et nous le faisons avec le consentement des patients et sous les plus hauts critères éthiques et légaux», s'est défendu un porte-parole du Planned Parenthood. « Il n'y a aucun bénéfice pour le don d'organes, que ce soit pour les patients ou pour le planning familial », a-t-il ajouté.« Vendre des bouts de bébés »Le gouverneur républicain de la Louisiane, Nobby Jindal, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant