Aux Etats-Unis, on s'arrache les premières PlayStation 4

le
0
Aux Etats-Unis, on s'arrache les premières PlayStation 4
Aux Etats-Unis, on s'arrache les premières PlayStation 4

Les "gamers" -- férus de jeux vidéo -- se sont rués sur les premières consoles PlayStation 4 (PS4), dernier-né du groupe Sony lancé aux Etats-Unis vendredi à la première heure. Casey Karch, habitant de Washington, avait pris ses disposition pour mettre sa main sur cette console nouvelle génération: à 21H00 (01H00 GMT), il est allé prendre place dans la queue formée par les gamers ayant pré-commandé les 100 premières PS4 livrées à Gamestop, un magasin de Rockville, dans le Maryland. "Il y a une magie du premier jour", a-t-il expliqué. "C'est toujours génial de faire partie des premiers". Placé en 21e position dans la file des gamers, Casey a dû attendre jusqu'à minuit, heure à laquelle des dizaines de magasins des Etats-Unis ont commencé à vendre le dernier-né du géant de l'électronique japonais. "Je vais rentrer à la maison et jouer (à la nouvelle version du jeu) Killzone, et puis dormir quelques heures", a-t-il annoncé à l'AFP, une fois la précieuse console dans les bras. C'est sur des fans comme Casey Karch que compte Sony pour l'emporter face à Microsoft, qui lance la semaine prochaine sa nouvelle Xbox One. A Rockville, en tout cas, les gamers loyaux à la Playstation étaient plutôt préoccupés par autre chose: que les stocks de la console s'épuisent avec la frénésie d'achats des fêtes de fin d'année. C'est même pour cette raison que Jesse Rosario, en 31e place sur la liste, était venu faire la queue. "C'est la PlayStation 4, elle va être épuisée", a-t-il assuré. "J'ai eu la PS1, la PS2 et la PS3", a-t-il raconté, expliquant avoir déjà acheté un nouveau jeu "Call of Duty" et un jeu de basketball pour étrenner sa PS4. D'autres expliquent préférer la Playstation à la Xbox car ils craignent sur cette dernière une connexion internet et une caméra obligatoires et permanentes -- deux aspects ayant déclenché la colère des gamers et sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant