Aux États-Unis, l'affaire DSK se clôt entre frustration et indifférence

le
0
Seule une minorité d'Américains s'est intéressée au procès de Dominique Strauss-Kahn.

De notre correspondante à Washington

Que restera-t-il au bout du compte, dans la conscience américaine, de la tornade médiatique et judiciaire qui a soufflé sur New York pendant les trois longs mois qu'aura duré l'affaire DSK? Un vieux relent de préjugés antifrançais sur nos mœurs jugées sulfureuses et supposément «incompatibles» avec les valeurs américaines - susceptible de rejaillir à chaque nouvel épisode des guerres «culturelles» entre nos deux pays? Sans doute. Une forme de mea culpa pour avoir jugé et brisé la carrière de Dominique Strauss-Kahn devant le tribunal de l'opinion, en dépit de la présomption d'innocence? Certainement pas, vu le déballage des aventures sexuelles du politicien français, rapportées ici au fil des semaines, choquant une Amérique à la fois puritaine et profondément voyeuriste.

Alors que l'affaire DSK a occupé la une des journaux français pendant tout l'été, il ne faut pas exagérer l'impact qu'elle a eue de ce côté-ci de l'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant