Aux Etats-Unis, des parents échangent leur enfant adopté sur Internet

le
3
Aux Etats-Unis, des parents échangent leur enfant adopté sur Internet
Aux Etats-Unis, des parents échangent leur enfant adopté sur Internet

C'est une pratique qui fait froid dans le dos. Aux Etats-Unis, des familles d'accueil ont trouvé le moyen de se débarrasser des enfants adoptés dont ils ne veulent plus, en les proposant à d'autres parents. Des sites internet, similaires à ceux qui organisent l'échange de garde d'un chat ou d'un chien, permettent ce terrible trafic. La combine fait le bonheur des parents qui peinent à adopter, parmi lesquels des familles contre-indiquées par les services sociaux. Et qui échappent à tout contrôle.

C'est une journaliste de l'agence Reuters qui révèle cette semaine ce réseau d'échange au terme d'une enquête de 18 longs mois. Dans un reportage mis en ligne en cinq chapitres, elle en détaille le fonctionnement via la création de groupes sur le réseau social Facebook et le portail web Yahoo!. La pratique est évidement illégale mais permet d'«économiser 35 000 dollars» (26 400 euros), se félicite un couple de l'Illinois. En effet, grâce à ce système, les Eason ont pu adopter Quita, une jeune libérienne de 16 ans. Todd et Melissa Puchalla ne savaient plus comment éduquer l'adolescente qui, selon eux, avait des problèmes de comportement et effrayait leurs autres enfants. Ils ont donc simplement publié une annonce et, acte notarié à l'appui, ont confié Quita à ses nouveaux tuteurs.

Au moins 260 enfants échangés

Or si l'adoption s'était faite dans les règles, Calvin et Nicole Eason n'auraient jamais pu avoir la garde de la jeune Libérienne. Connus des services sociaux américains, ils sont en effet soupçonnés de violences et abus sexuels sur leurs deux enfants biologiques, placés dans un foyer. La première nuit où ils ont recueillis Quita, l'adolescente a dû se dévêtir et dormir dans leur lit... Elle a dî passer plusieurs semaines chez eux, avant que le couple disparaisse sans laisser de trace. Finalement, la police a reconduit la jeune fille... chez les Puchalla. Aujourd'hui, elle a 21 ans, va bien et raconte son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le mercredi 11 sept 2013 à 18:23

    Bienvenue dans l'OMC....

  • dotcom1 le mercredi 11 sept 2013 à 17:20

    Inutile d'aller aussi loin : à Marseille au pays des droits de l'Homme un réseau communautaire mettait en vente des nourrissons. 10 000 euros par bébé mais zéro couverture médiatique. C'est pas une pratique qui fait assez froid dans le dos?

  • C177571 le mercredi 11 sept 2013 à 16:25

    Monsieur Hollande avec son mariage pour tous,son adoption pour tous a ouvert la porte à ce genre de pratiques douteuses. Honte à ce gvt qui n'apas voulu écouter le bon sens populaire.