Aux Corréziens, François Hollande promet de rester «cramponné»

le
1
Le candidat socialiste à la présidentielle a présenté ses vœux samedi aux Corréziens, le département où il revendique ses «racines politiques»

(De notre envoyé spécial à Tulle)

Maintenant, il est d'ici. A Tulle ou dans les environs corréziens, François Hollande, ce fils de Normandie élevé en région parisienne, se sent désormais chez lui. Peu importe qu'il ne se soit jamais réellement installé: il occupe toujours le même logement depuis des années, un petit appartement dans un bâtiment sans charme. «Je n'ai pas cherché à devenir propriétaire, mais à être approprié», réplique-t-il. Depuis sa première candidature en 1981 et son premier mandat local, en 1983, il a souvent traversé la région. Les gens l'ont adopté.

«Je les connais tous», sourit-il en visitant le marché de l'église, samedi matin, seul, sans élus autour de lui et presque sans journalistes. Il salue presque tout le monde sur son chemin. L'accueil est affectueux. On lui souhaite bonne année, on prend des nouvelles de sa compagne, on l'interpelle sur les aléas de la vie locale. «Ils sont très protecteurs avec moi», reconnaît Franç

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8743521 le dimanche 8 jan 2012 à 10:58

    Il a raison de se cramponner a son pédalo .Ca souffle un peu trop fort pour lui.Il n'aurait jamais du prendre la mer le pauvre !