Autriche. Van der Bellen : «Je serai un président au-dessus des partis»

le , mis à jour à 20:51
1
Autriche. Van der Bellen : «Je serai un président au-dessus des partis»
Autriche. Van der Bellen : «Je serai un président au-dessus des partis»

«Je serai un président au-dessus des partis (...) L'Autriche est pays formidable qui a réussi de grandes choses et en réalisera à l'avenir» : dans son premier discours de futur président fédéral, devant le château de Schönbrunn, Alexander Van der Bellen entend rassembler ce pays qui s'est scindé en deux dans les urnes. Il espère «gagner la confiance des électeurs» de son rival d'extrême-droite Nobert Hofer. Au second tour de la présidentielle de dimanche, les deux candidats sont arrivés dans un mouchoir de poche. Il a fallu attendre lundi et les votes par correspondance pour les départager.

Rassembler, Alexander Van der Bellen sait faire. Son sérieux de professeur d'économie a rassuré à droite, son parcours chez les écologistes a convaincu à gauche : Alexander Van der Bellen a remporté l'élection présidentielle autrichienne grâce à un profil de fédérateur qui en a fait un rempart face à l'extrême droite. Et ce alors qu'aucun «front républicain» n'existe en Autriche. Dans la région du Burgenland, à l'est du pays, l'extrême droite gouverne avec les sociaux-démocrates.

Cet Européen convaincu, ancien patron des Verts, n'a eu d'autre choix que de faire campagne au centre pour fédérer, dans cette élection à laquelle il s'est présenté sous une étiquette d'indépendant. Sa couleur de campagne n'a d'ailleurs pas été le vert, mais le jaune.

Arrivé en deuxième position, loin derrière le parti d'extrême droite FPÖ au premier tour, M. Van der Bellen, 72 ans, dit avoir ressenti «un élan» entre les deux tours. Plus modestement, il a été pour beaucoup d'électeurs «le moindre mal», comme l'ont écrit plusieurs journaux. «On peut être très différents et se comporter avec respect les uns envers les autres», a-t-il voulu rassurer lundi dans sa première intervention après sa victoire.

Pendant la campagne, les T-shirts colorés à son effigie, les concerts de ses comités de soutien - jusqu'à une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 10 mois

    Le pouvoir en place a eu toute la nuit pour frauder. C'est une victoire sur le tapis vert... et c'est le cas ou jamais de le dire !