Autriche-Le futur chancelier évoque les liens avec le FPÖ

le
0
    VIENNE, 17 mai (Reuters) - Christian Kern, qui doit prêter 
serment comme nouveau chancelier autrichien mardi, a déclaré que 
le Parti social-démocrate (SPÖ) dont il est issu préférait 
continuer à gouverner avec les conservateurs sans toutefois 
exclure de nouer un jour une alliance avec le Parti de la 
liberté (FPÖ, extrême droite). 
    Désigné la semaine passée à la tête du gouvernement de 
coalition, Christian Kern, a jugé que le refus de s'associer au 
niveau national à la formation eurosceptique et anti-islam du 
candidat à la présidentielle Norbert Hofer était "obsolète". 
    "Nous envisagerons cette possibilité lorsqu'elle se 
présentera", a déclaré devant la presse Christian Kern, ancien 
directeur des chemins de fer qui a réussi à rassembler derrière 
lui le SPÖ pour succéder au chancelier Werner Faymann, 
démissionnaire. 
    Faymann a décidé de quitter ses fonctions après le revers 
enregistré par les sociaux-démocrates et par les conservateurs 
du Parti populaire (ÖVP), les deux grands partis traditionnels 
qui, ensemble, n'ont réuni que 23% des voix au premier tour de 
l'élection présidentielle fin avril.    
    Le second tour qui doit avoir lieu dimanche devrait sceller 
la victoire de Norbert Hofer, le candidat du FPÖ arrivé en tête 
il y a dix jours avec 35% des suffrages, après une campagne 
centrée sur la crise migratoire. 
    "Si nous ne comprenons pas qu'il s'agit de notre dernière 
chance, les deux grands partis vont disparaître", a prévenu le 
nouveau chef du gouvernement. "Mon projet n'est pas d'amener le 
SPÖ dans l'opposition, c'est le contraire", a-t-il ajouté. 
    Le SPÖ et l'ÖVP ont dominé la vie politique autrichienne 
depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale mais, pour Christian 
Kern, il faut en finir avec le malaise politique qui a favorisé 
la montée de l'extrême droite en Autriche. 
    "Au bout du compte, nous avons besoin d'une identité et pour 
nous il est absolument impensable de travailler avec des partis 
qui stigmatisent les peuples et les minorités", a-t-il toutefois 
ajouté. 
    Le SPÖ et le FPÖ coopèrent déjà à la tête de certaines 
villes et provinces autrichiennes mais le chancelier 
démissionnaire Werner Faymann s'est toujours catégoriquement 
opposé à une telle alliance au niveau fédéral. 
    Christian Kern s'est distingué par l'efficacité avec 
laquelle il a géré l'arrivée en septembre de dizaines de 
milliers de migrants en Autriche en provenance de Hongrie, 
transformant les gares en centre d'hébergement et de 
distribution d'aide pendant plusieurs semaines. 
 
 (Michael Shields et Shadia Nasralla; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant