Autriche/Hongrie : When we were kings

le
0
Autriche/Hongrie : When we were kings
Autriche/Hongrie : When we were kings

Divisées par le traité de Saint-Germain-en-Laye (1919) entérinant la fin de l'empire des Habsbourg, brouillées du régime autoritaire hongrois de Miklos Horthy (1920-1944) au dégel de la guerre froide, Budapest et Vienne se sont souvent fritées sur le terrain diplomatique. Côté pelouses, le combat des sélections entamé en 1902 a révolutionné le sport-roi entre coachs-bâtisseurs (Meisl, Sebes), coupes continentales (Mitropa) et canonniers-stars (Sindelar, Puskás). Celui de ce mardi soir perpétue l'héritage, malgré un niveau loin de l'âge d'or.

Né sur les îles britanniques, le ballon rond prend le bateau durant la seconde moitié du XIXe siècle pour aller conquérir l'Europe continentale. Très vite, il séduit les foules, notamment du côté de l'Autriche-Hongrie. "Les premiers clubs ont été créés par des Anglais, ou encore par des locaux qui se sont rendus en Grande-Bretagne", resitue Georg Spitaler, politologue à l'université de Vienne. "Le sport a plu parce qu'il tranchait radicalement avec ce que l'on proposait à l'époque en matière de développement corporel. Avant, c'était le Turnen, la gymnastique, qui prédominait. Un sport typiquement allemand, qui renvoyait une image plus nationaliste. Le football, lui, rompait avec cette tradition et renvoyait une image de modernité et d'ascension sociale." Que ce soit au sein de l'Archiduché d'Autriche ou du Royaume de Hongrie, ce nouveau sport passionne tellement les foules dans les grandes villes que dès 1902, une sélection viennoise affronte une homologue de Budapest. Le score est sans appel : 5-0 pour les Autrichiens.

"L'École danubienne"


Les années suivantes, les deux équipes se jureront fidélité et s'affronteront à 24 reprises (Autriche-Hongrie est d'ailleurs à ce jour la confrontation internationale la plus jouée, derrière Argentine-Uruguay, ndlr), jusqu'à ce que la Première Guerre mondiale vienne bousculer le lien. "C'est d'ailleurs durant la guerre que le football devient un phénomène de masse", explique Spitaler, "avec les soldats qui y jouent sur les différents fronts." Après le conflit, Autriche et Hongrie font chambre à part en tant qu'entités politiques, mais se retrouvent avec joie sur les pelouses. Notamment quand il s'agit de lancer les bases du football moderne. C'est ce qu'on appellera l'"école danubienne". À partir des années 20, les grands clubs des deux pays (Austria, Rapid, Ferencváros, Újpest, Vasas, Honvéd, MTK…) donnent l'impulsion au reste de l'Europe centrale : ainsi naîtra la Coupe Mitropa (1927-1992), tandis que la Coupe internationale européenne (1927-1960) abritera les confrontations entre sélections. L'ultime édition de cet Euro d'antan (1954-60) avait été renommée "Coupe du Dr. Gerö", en mémoire d'un ex-boss de la fédé autrichienne disparu en 1954. La symbiose autour du cuir calmait les différends…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant