Autriche-71 corps retrouvés dans le camion de migrants

le , mis à jour à 00:03
0

(actualisé avec précisions) EISENSTADT, Autriche, 28 août (Reuters) - Le bilan des victimes retrouvées mortes jeudi dans un camion frigorifique abandonné le long d'une autoroute dans l'est de l'Autriche est de 71 morts, a annoncé vendredi la police autrichienne. Trois Bulgares et un Afghan ont été arrêtés en Hongrie dans le cadre de l'enquête sur cette affaire. Les services de la médecine légale autrichienne sont parvenus vendredi à établir le bilan exact de la tragédie en précisant que les victimes étaient 59 hommes, huit femmes et quatre enfants dont un groupe de ressortissants syriens. "Des documents de voyage syriens" ont été retrouvés dans le camion au milieu des corps en décomposition, a précisé Hans Peter Doskozil, chef de la police la province autrichienne du Burgenland. Il a ensuite précisé que plusieurs téléphones mobiles avaient été retrouvés parmi les corps, disant espérer qu'ils puissent permettre d'aider à identifier les victimes. La porte arrière du véhicule n'était pas verrouillée, mais son ouverture avait été rendue impossible de l'intérieur grâce à des câbles. Le système de réfrigération ne semble pas avoir été utilisé, mais l'air ne pouvait pas y circuler, a dit Peter Doskozil qui a précisé que les victimes portaient des vêtements légers. La police hongroise a annoncé de son côté l'arrestation de trois ressortissants bulgares et d'un Afghan. "La police a également perquisitionné dans des maisons (...) et interrogé une vingtaine de personnes en tant que témoins", a-t-elle indiqué dans un communiqué. Une porte-parole de la police de Budapest a précisé qu'aucun ressortissant hongrois ne figurait parmi les suspects. La police autrichienne avait dit auparavant penser que les réfugiés avaient été victimes d'un réseau de trafiquants bulgares et hongrois. Le ministère autrichien de l'Intérieur a indiqué qu'il n'envisageait pas d'imposer des contrôles frontaliers plus stricts après la découverte du camion en provenance de Hongrie, pays de l'espace Schengen. NOUVELLES MESURES EN HONGRIE Mais Gergely Gulyas, député de Fidesz, le parti au pouvoir en Hongrie, a annoncé que Budapest allait renforcer la semaine prochaine sa législation pour tenter d'enrayer l'afflux d'immigrés illégaux et établir des "zones de transit" près de la frontière serbe, le temps d'examiner les demandes d'asile. Si nécessaire, et en dernier recours, il sera fait appel à l'armée, a-t-il ajouté. Il a précisé lors d'une conférence de presse que les nouvelles mesures affecteraient treize textes de loi, ce qui exigera parfois le soutien des deux tiers des députés au Parlement. Si ces mesures sont acceptées, elles entreront en vigueur à la mi-septembre. La nouvelle législation prévoira des peines plus lourdes pour les immigrés illégaux et pour toute personne qui endommagerait la clôture que les autorités hongroises achèvent de construire à la frontière serbe. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), la construction de cette clôture ne fait que compliquer la situation. "L'Europe est incapable de prendre les mesures appropriées face au flot des migrants", a dit Gergely Gulyas, jugeant "irresponsable" la politique de l'Union européenne qui encourage selon lui l'arrivée des clandestins. Au cours du mois d'août, 38.912 personnes ont demandé l'asile en Hongrie, contre 16.578 en juin, précisent les autorités hongroises. (Shadia Nasralla, avec Krisztina Than et Gergely Szakacs à Budapest; Pierre Sérisier, Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant