[Autres Sports] Thomas Domingo : " Il a fallu que j'évolue "

le
0
[Autres Sports] Thomas Domingo : " Il a fallu que j'évolue "
[Autres Sports] Thomas Domingo : " Il a fallu que j'évolue "
Près d'un an après son dernier match en bleu (en Australie le 21/6/14), le pilier clermontois Thomas Domingo (29 ans, 36 sélections) est de retour dans le groupe France. Il assure qu'il s'est remis en question et a changé son jeu. Suffisamment pour être titulaire à Twickenham ?

Thomas Domingo, désespériez-vous de retrouver un jour le groupe France ?
Plus le temps passait, plus je me demandais s'ils allaient m'appeler ou pas. C'est arrivé à ce moment-là. Je suis très content de retrouver Marcoussis, l'équipe. Ca n'a pas été évident depuis un an, il y a eu des hauts et des bas. J'ai la chance de pouvoir revenir, à moi de saisir l'opportunité.

C'est dur d'être laissé à l'écart ?
C'est long. Surtout quand les autres se retrouvent au mois de novembre ou pour le Tournoi. C'est toujours compliqué à vivre. Après, on est bien entouré, au niveau du club, ça se passe bien, donc on arrive à se concentrer sur le club. Dernièrement, on a eu des matchs importants. Mais c'est vrai que quand les copains partent et que nous, on reste au club, on suit toujours un peu du coin de l'½il.

Pourquoi votre absence du groupe France a-t-elle été aussi longue ?
Je ne sais pas (sourires). Ca va faire un an. D'autres joueurs font des bonnes performances. Moi, j'ai eu des coups de moins bien sur la fin de saison dernière, où j'étais fatigué, usé. Il y a eu des échéances où ça ne s'est pas forcément bien passé pour moi. Il y a eu une remise en question de ma part, aussi. Il a fallu que j'évolue et que je grandisse avec ça.

« Je n'ai pas forcément vécu des très bons moments à Twickenham »

Qu'avez-vous mis en place pour revenir au niveau, d'autant que certaines règles ont changé au niveau de la mêlée ?
Plein de choses ont évolué. Le rugby devient beaucoup plus mobile. Avec les blessures, j'avais pris du poids et j'ai eu du mal à reperdre. Pendant une bonne période, il a fallu travailler là-dessus pour retrouver un état de forme correcte maintenant. Derrière ça, il a fallu reprendre du poids, car comme j'en avais pas mal perdu, ça commençait à devenir compliqué sur les impacts.

Que pensez-vous du stade de Twickenham ?
C'est un stade qui est assez impressionnant, surtout quand on arrive au milieu du terrain. Il est très ouvert, grand. C'est un stade historique aussi. Je n'ai pas forcément vécu des très bons moments là-bas (sourires). Ca reste toujours un peu particulier d'aller à Twickenham. Quand on arrive dans cette arène, c'est assez spécial. Il faut le vivre pour connaitre ça.

France-Angleterre, c'est toujours spécial ?
Quand j'étais gamin et que je regardais les matchs à la télé, ça a toujours été les matchs qu'on voulait voir. Il y a toujours une ambiance spéciale.

Le contexte peut-il peser pour les joueurs qui ne connaissent pas ce stade ?
Je ne sais pas. Maintenant, on est amené à côtoyer des stades assez impressionnants, à avoir des matchs durs. Il faut arriver à se concentrer sur nous et se refermer un peu sur nous pour pouvoir être bien.  

Comment faire taire Twickenham ?
Quand on voit les capacités qu'ils ont derrière à se déplacer, à envoyer du jeu, à aller vite, il va falloir être performant devant, pour leur limiter les ballons propres et ne pas les mettre dans les meilleures conditions.

Cela fait longtemps que la France n'a pas gagné en Angleterre...
Ca arriverait au bon moment pour l'équipe de France après un début de Tournoi un peu compliqué. En plus, c'est vraiment le dernier test avant la Coupe du monde.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant