[Autres Sports] Thiriez met Platini en face de ses contradictions

le
0
[Autres Sports] Thiriez met Platini en face de ses contradictions
[Autres Sports] Thiriez met Platini en face de ses contradictions
Frédéric Thiriez a de nouveau critiqué le fair-play financier dans un entretien accordé à France Football. Le président de la LFP aimerait notamment que Michel Platini regarde ce qu'il se passe en Liga ou en Serie A.

Frédéric Thiriez prend la défense du PSG et de l'AS Monaco. Le président de la LFP est en effet monté au créneau pour évoquer la situation des deux clubs français qui, selon lui, sont défavorisés par rapport à la mise en place du fair-play financier cher à Michel Platini, le président de l'UEFA. Alors que l'ASM est dans le viseur de l'instance européenne, le PSG a déjà été sanctionné cette saison et ne peut pas recruter cet hiver un joueur de gros calibre sans alléger sa masse salariale.

L'endettement dans son viseur

« On a la chance d'avoir deux clubs qui ont grossi énormément mais au mauvais moment, a estimé Thiriez dans un entretien accordé au France Football ce mardi. Cela n'est pas juste. Il faut apporter les corrections nécessaires et ce n'est pas très difficile. Le FPF (fair-play financier) ne doit pas figer les positions et il est anormal qu'il ne tienne pas compte de l'endettement. Mais cela ne va pas être commode pour Michel Platini. Il va être obligé de regarder un peu plus ce qu'il se passe du côté de l'Espagne et de l'Italie. » Un tacle à peine masqué pour évoquer la situation des clubs en Liga et en Serie A, qui n'ont pas été sanctionnés alors que certains sont fortement endettés.

« La France a été la risée de tous »

Le dirigeant français s'en est également pris à nouveau à la fameuse taxe à 75% et n'a toujours pas digéré sa mise en place. « J'énerve tout le monde avec ça mais si le PSG évoluait en Allemagne, la référence pour notre gouvernement, il ferait 50 M¤ d'économies sur les charges patronales, affirme l'homme à la moustache. Le pire, chez nous, c'est l'instabilité et l'insécurité juridiques et fiscales permanentes. On a supprimé les avantages liés au droit et à l'image collective (DIC) puis on nous a imposé une taxe à 75% sur les revenus supérieurs à 1 M¤ qui a fait rire le monde entier. Oui, avec cette taxe, la France a été la risée de tous. » Les dirigeants parisiens apprécieront certainement l'attention. Le gouvernement et l'UEFA beaucoup moins...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant