[Autres Sports] Test-match : Teddy Thomas, la force de l'insouciance

le
0
[Autres Sports] Test-match : Teddy Thomas, la force de l'insouciance
[Autres Sports] Test-match : Teddy Thomas, la force de l'insouciance
Une semaine après son triplé historique contre les Fidji, Teddy Thomas a récidivé contre l'Australie en inscrivant un essai exceptionnel. Elu homme du match, on en oublierait presque que l'ailier du Racing-Métro n'honorait que sa deuxième sélection. Une révélation.

Le public du stade de France s'est levé comme un seul homme. Dans un vacarme des grands soirs, Teddy Thomas file dans l'en-but adverse et aplatit : deuxième essai français, 17-6 pour les Bleus. Quelques secondes auparavant, l'ailier du Racing-Métro a enrhumé tout la défense australienne. Entre crochets, raffut et accélération, Thomas a mystifié les Wallabies et envoyé un signal fort. « Je ne sais pas si tout le monde rêve de marquer un essai comme ça, mais c'est très bien pour un ailier de marquer des essais et je suis ravi d'y arriver », se réjouissait l'ancien Biarrot au micro de France 2 à la fin du match. Une semaine après son triplé historique contre les Fidji pour une première cape en équipe de France, le jeune homme de 21 ans a confirmé et enthousiasmé. Et a fort logiquement été élu homme du match. 

Sans doute encore sur son nuage, le néo-international s'est ensuite manqué sur une touche peu de temps avant l'essai australien. Peu importe. Comme un présage, cette semaine, Philippe Saint-André avait confié devant la presse qu'il pardonnerait facilement une erreur de ce type à sa jeune pépite, tant que celle-ci marquait des essais. Moins en vue que face aux Fidji et face à une équipe australienne beaucoup plus disciplinée, Teddy Thomas a malgré tout donné l'impression de pouvoir faire la différence à tout moment sur la pelouse du stade de France, grâce à sa puissance athlétique et sa vitesse de pointe. Logiquement moins en vue en seconde période suite aux entrées en jeu d'Atonio et Bastareaud, l'ailier du Racing a payé le jeu plus axial des Bleus. « C'est la première fois que j'affronte une très grosse équipe, et on a eu la chance de gagner. On a manqué de prendre un essai mais grâce aux spectateurs, au groupe et au staff on a réussi à battre l'Australie ! », se réjouissait l'intéressé en fin de match.

« Ça peut être l'icône du rugby français »

Encore largement perfectible à seulement 21 ans, le jeune homme à la crinière possède une palette quasi unique au sein du groupe France, et présente déjà comme un candidat sérieux àla Coupedu Monde dans moins d'un an. « C'est notre Fidjien », s'amusait PSA la semaine dernière, en référence aux appuis de feu du joueur formé au Biarritz.Olympique. Dans une équipe nationale en perte de vitesse et de popularité depuis quelques années, Teddy Thomas peut incarner le symbole d'un nouvel élan d'ici le Mondial anglais. Cette semaine, Bernard Laporte, le manager de Toulon et ancien sélectionneur, ne s'y était d'ailleurs pas trompé. Le XV de France a besoin d'une image, d'une icône. On l'a au foot, en hand, au basket. Si ça peut-être lui, tant mieux ! Il a un look, il dégage quelque chose. Ça peut être l'icône du rugby français », avait-il avancé chez nos confrères de RMC. Une icône qu'a longtemps incarné Sébastien Chabal, aujourd'hui retraité. Avec seulement deux sélections, le natif de Barritz devra bien sûr confirmer. Mais comment ne pas s'emballer devant la fougue et l'insouciance de ce nouveau venu en Bleu ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant