[Autres Sports] Racing-Métro / L.Labit : " On n'a pas d'excuses "

le
0
[Autres Sports] Racing-Métro / L.Labit : " On n'a pas d'excuses "
[Autres Sports] Racing-Métro / L.Labit : " On n'a pas d'excuses "

L'entraîneur du Racing-Métro Laurent Labit reconnait que son équipe est tombée sur plus forte, vendredi en barrages contre le Stade Français. Il veut désormais repartir sur de nouvelles bases la saison prochaine.

Laurent Labit, qu’a-t-il manqué au Racing face au Stade Français ?
Il a manqué beaucoup de choses. Je crois qu’il n’y a rien à dire sur le résultat du match et le contenu. On est tombé sur une équipe supérieure à la nôtre dans beaucoup de domaines. Autant on avait beaucoup de regrets et de déception il y a trois semaines (défaite 19-29 à Colombes, ndlr) sur le contenu et l’investissement. Là, on y était dans l’était d’esprit et l’intensité, malheureusement, dans les qualités de jeu, le Stade Français a été supérieur à nous. Souvent, on peut trouver des excuses, là, on n’en a pas. On est tombé sur un adversaire meilleur que nous.

Comment expliquez-vous cette défaillance, notamment en mêlée ?
C’est à l’image de notre fin de saison, notamment depuis l’élimination en Coupe d’Europe qui nous a fait très mal. Mentalement, on a eu du mal à refaire surface et réenclencher la marche avant. Ce match est à l’image du mois et demi que nous avons vécu depuis l’élimination face aux Saracens. Le repos va faire du bien à nos joueurs, surtout nos premières lignes qui ont été beaucoup utilisé. On ne cherche pas d’excuses. On sait que jouer les deux compétitions, c’est exigeant. Nos amis du Stade Français auront l’occasion d’y goûter la saison prochaine.

« En trois secondes face aux Saracens, la saison a basculé du mauvais côté »

A chaud, comment jugez-vous cette saison ?
Elle est bizarre, car on était très bien dans la première partie de saison. C’est la première fois que le club se qualifiait pour un quart de finale de Coupe d’Europe. En trois secondes sur la fin de match des Saracens, la saison a basculé du mauvais côté. La façon dont on a été éliminé a été très dure à vivre (pénalité de Bosch à la dernière seconde, ndlr). Se remettre de suite dans ce championnat très difficile pour essayer d’enchaîner, ce n’était pas évident. On a été habité par une espèce de pression négative à un moment. On a failli ne pas se qualifier (pour les phases finales du Top 14). Même si on s’est qualifié pour les phases finales des deux compétitions, ce qui était l’objectif au départ, on espérait faire mieux, notamment en championnat. On va essayer de tirer les leçons de tout ça, de faire un débriefing de la saison pour repartir de plus belle la saison prochaine en ayant toujours l’objectif de jouer les deux compétitions.

Quart de finaliste de Champions Cup et barragiste du Top 14, le Racing-Métro est-il à sa place ?
Sûrement. On ne va pas dire le contraire. On a fait une saison avec des prestations et des résultats assez irréguliers. On a le plus souvent été mieux à l’extérieur que chez nous. Il faut qu’on soit plus constant. On va essayer de remédier à tout ça. Des joueurs vont partir, d’autres vont arriver. On essaye de constituer un effectif pour la saison prochaine qui soit plus conforme à ce qu’on souhaite faire. On le savait, ça prend du temps de mettre les choses en place. C’est peut-être un peu plus long qu’ailleurs au Racing ou sur la région parisienne, mais on ne se décourage pas. On veut ramener un titre pour cette équipe, ça prendra peut-être un peu plus de temps.

C’est une triste fin pour Jonathan Sexton et Jamie Roberts...
Il faut leur demander. On est triste pour le club car on a perdu en quart de finale. Les carrières ou les individualités, je ne vais pas dire que ça ne m’intéresse pas, mais on était en équipe pour faire un résultat, on ne l’a pas fait. D’autres personne s’en vont aussi, notamment Jacques Cronje qui a marqué l’histoire du Racing ces dernières années et qui malheureusement n’a pas pu jouer de la saison. C’est plus important de saluer des joueurs comme ça, exemplaires, qui n’ont pas eu la possibilité d’être sur le terrain aujourd’hui.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant