[Autres Sports] Pour ne rien manquer en 2015 !

le
0
[Autres Sports] Pour ne rien manquer en 2015 !
[Autres Sports] Pour ne rien manquer en 2015 !
De la Coupe du monde de rugby au Championnat d'Europe de basket en passant par les Mondiaux de natation et d'athlétisme, voici une revue d'effectif des événements sportifs à suivre en 2015.

Janvier :
Du 9 au 31 : La Coupe d'Asie des Nations, en Australie
Pour la première fois de son histoire, l'Australie accueille la principale compétition de football du continent asiatique. Membre de la Confédération Asiatique de Football (AFC) depuis 2006, les Australiens, finalistes de la dernière édition, font partie des favoris de la compétition pour succéder au Japon, tenant du titre.

L'équipe à suivre : la Palestine
Pour la première fois de son histoire, la sélection palestinienne (113ème au classement FIFA) participera à la compétition. Emmenés par Imad Zatara, passé par le Nîmes Olympique en 2010, les « Cavaliers » affronteront le Japon, la Jordanie et l'Irak dans le groupe D.

Du 15 au 1er février : Le championnat du monde de handball masculin, au Qatar
Après des préparatifs chaotiques, marqués par le forfait de deux nations (Bahreïn et les Emirats Arabes Unis) et la disqualification d'une autre (Australie), le Qatar, champion d'Asie 2014, s'apprête à accueillir cette 24ème édition. Il y a deux ans, l'Espagne était devenue championne du monde à domicile, après avoir surclassé le Danemark en finale (35-19).

Le coin des Bleus : Auréolés d'un nouveau titre de champions d'Europe, les Bleus iront au Qatar pour conquérir une 5ème étoile, deux ans après une élimination décevante en quarts de finale. La France fera son entrée dès le 16 janvier contre la République Tchèque.

Du 17 au 8 février : La Coupe d'Afrique des Nations, en Guinée-Equatoriale
Le 14 novembre dernier, la Guinée-Equatoriale a été choisie pour accueillir cette CAN 2015, au détriment du Maroc, initialement prévu comme pays hôte. Moins de deux mois plus tard, elle disputera le match d'ouverture face au Congo, à Bata. A noter l'absence du Nigeria, tenant du titre, qui n'est pas parvenu à se sortir des qualifications.

L'équipe à suivre : l'Algérie
L'été dernier, elle était l'équipe qui avait le plus bousculé les futurs champions du monde allemands, lors de la Coupe du Monde. Cette année, l'Algérie de Christian Gourcuff fait partie des favoris de la compétition, même si les « Fennecs » devront se sortir d'un groupe C extrêmement relevé qui compte le Ghana, le Sénégal et l'Afrique du Sud !

Février :
Du 2 au 15 : Les championnats du monde de ski alpin, à Vail et Beaver Creek (USA)
Seize ans après, les Etats-Unis et les stations de Vail et Beaver Creek accueillent de nouveau les championnats du monde de ski alpin. De retour à la compétition après deux graves blessures aux genoux début décembre à Lake Louise (Canada), la reine Lindsey Vonn sera l'attraction de ces Mondiaux qu'elle dispute à domicile. Depuis son retour, la championne a remporté deux des quatre courses auxquelles elle a pris part.

Le coin des Bleus :
L'équipe de France masculine de slalom géant sera sans doute la plus belle chance de médailles pour les skieurs tricolores. Début décembre, la station du Colorado a accueilli trois épreuves de Coupe du monde. Alexis Pinturault s'était montré à son aise avec deux podiums en Super-G et slalom géant. Pour l'accompagner Victor Muffat-Jeandet, Thomas Fanara ou encore Mathieu Faivre font aussi partie des cadors de la discipline.

Du 18 au 22 : Les championnats du monde de cyclisme sur piste, à Saint-Quentin-en- Yvelines (France)
Inauguré en janvier 2014, le Vélodrome National de Saint-Quentin-en-Yvelines est le fleuron de la Fédération française de cyclisme. Il accueille pour la première fois une compétition internationale avec ces championnats du monde.

Le coin des Bleus : François Pervis
Le Lavallois est sans contestation l'un des cyclistes français de l'année écoulée. Triple champion du monde lors des derniers Mondiaux de Cali (Colombie), dans des disciplines reines (le kilomètre, le keirin et la vitesse), François Pervis est l'homme fort des pistards français. La Fédération l'a d'ailleurs choisi comme égérie pour l'affiche officielle de ces championnats du monde.

Juin :
Du 6 au 5 juillet : La Coupe du Monde de football féminin, au Canada
Pour cette 7ème édition de la Coupe du Monde, le Canada a été désigné pour recevoir la compétition lors de laquelle 24 équipes tenteront de ravir le trophée aux Japonaises, tenantes du titre. Le match d'ouverture opposera le Canada à la Chine, à Edmonton. Parmi les favorites, on suivra les Américaines et les Allemandes, couronnées à deux reprises. Derrière, le Brésil ou encore la Suède ne seront sans doute pas loin du podium.

Le coin des Bleues :
Toujours placées mais jamais victorieuses, les Bleues auront encore leur mot à dire cet été au Canada. Placées dans le groupe F, en compagnie de l'Angleterre, du Mexique et de la Colombie, les filles de Philippe Bergeroo ont fait un sans faute en qualifications : 10 matchs, 10 victoires, 54 buts marqués et seulement 3 encaissés !

Du 11 au 28 : Le championnat d'Europe de basket féminin, en Hongrie et Roumanie
Pour la première fois, le Championnat d'Europe de basket féminin est organisé conjointement par deux pays. Si la Hongrie a déjà organisé l'événement à cinq reprises depuis 1950, la Roumanie n'a plus accueilli cette compétition depuis 1966. A l'époque, l'URSS écrasait le basket européen avec 21 titres sur 23 possibles entre 1938 et 1991, ce tournoi est aujourd'hui bien plus ouvert.

Le coin des Bleues :
Deux ans après une finale perdue face à l'Espagne, à Orchies, les Braqueuses chercheront dans les Carpates à grimper sur le podium de l'Euro pour la 4ème fois consécutivement. Reversées dans le groupe A, elles affronteront la Roumanie, l'Ukraine, la République Tchèque et le Monténégro.

Août :
Du 2 au 9 : Les championnats du monde de natation, à Kazan (Russie)
Désignée en 2011, la ville russe de Kazan, capitale du Tatarstan, accueillera la « grand messe » de la natation mondiale. Si toutes les stars des bassins devraient être présentes, seul Michael Phelps et ses 26 titres mondiaux manque à l'appel en raison d'une suspension de sa Fédération pour conduite en état d'ivresse.

Le coin des Bleu(e)s :
Il est clair que la natation française se porte bien. Avec 10 médailles dont 4 titres, glanés lors des derniers championnats d'Europe de Berlin, la France devrait encore vibrer pour ses nageurs et nageuses, cet été. Parmi eux, impossible de passer à côté de Florent Manaudou, quadruple champion d'Europe et triple champion du monde en petit bassin, cette année.

Du 22 au 30 : Les championnats du monde d'Athlétisme, à Pékin (Chine)
Disputée dans le Stade National de Pékin, le « Nid d'Oiseau », qui avait accueilli une partie des épreuves des Jeux Olympiques en 2008, cette 15ème édition des championnats du monde sera disputée en Asie pour la 4ème fois de son histoire. Sur la discipline reine qu'est le 100m, Usain Bolt pourrait rejoindre Maurice Greene et Carl Lewis s'il venait à conquérir un troisième titre mondial.

Le coin des Bleu(e)s :
2014 a été l'année de l'athlétisme français. En battant son record de médailles dans des Championnats d'Europe (23 dont 9 en or), l'équipe de France est l'égale des grandes nations européennes telles que la Grande-Bretagne et la Russie. Ajoutez à cela les records du monde retentissants de Renaud Lavillenie, à la perche et de Yohann Diniz, sur 50 km marche, et vous obtenez une équipe qui ramènera à coup sûr des médailles de « l'Empire du milieu ».

Septembre :
Du 5 au 20 : Le championnat d'Europe de basket masculin, en France, Allemagne, Croatie et Lettonie
A l'image de la CAN en football, qui se tiendra en janvier, cet Eurobasket a connu plusieurs remous dans son organisation. Prévu en Ukraine, la FIBA Europe a choisi de délocaliser le tournoi en raison de la situation politique dans ce pays. En plus d'accueillir un groupe du premier tour à Montpellier, la France accueillera l'ensemble de la phase finale au Stade Pierre-Mauroy de Lille.

Le coin des Bleus :
A cette occasion la génération Parker/Diaw disputera l'une de ses dernières grandes compétitions. Si la France bénéficie d'un premier tour a priori à sa portée (Finlande, Bosnie, Pologne, Russie et Israël), cela devrait nettement se corser à partir des huitièmes de finales, ou elle croisera avec le fameux « groupe de la mort », qui comporte l'Espagne, la Serbie, la Turquie, l'Allemagne, l'Italie et l'Islande.

Du 18 au 31 octobre : La Coupe du monde de rugby, en Angleterre et au pays de Galles
Cette 8ème Coupe du monde de rugby est à n'en pas douter, le principal événement sportif en 2015. Organisé pour la troisième fois en Angleterre après 1991 et 1999, le plus grand événement de l'ovalie devrait être indécis comme jamais. Si les All Blacks dominent le monde du rugby, ils ont rarement eu autant d'adversaires capables d'enrayer sa mécanique. En 2014, l'Afrique du Sud, l'Angleterre ou encore l'Irlande ont prouvé toute leur valeur.

Le coin des Bleus :
Vice-championne du monde en titre, la France espère bien faire une belle impression cet automne en Angleterre. Malgré des résultats en dents de scie depuis l'arrivée de Philippe Saint-André à la tête du XV de France, les Bleus ont prouvé par le passé qu'ils savaient se sublimer dans les moments qui comptent. Lors de la phase de poules, les Tricolores retrouveront l'Irlande, l'Italie, le Canada et la Roumanie.

Décembre :
Du 5 au 20 : Le championnat du monde de handball féminin, au Danemark
Après un championnat d'Europe 2014, ponctué par une septième place, le Danemark tentera de se relancer à domicile pour ce championnat du monde. Les Norvégiennes, qui ont reconquis leur couronne européenne en ce mois de décembre, feront une fois de plus partie des favorites. Cependant, elles devront se méfier de la mondialisation de la concurrence. Alors que le handball a longtemps été considéré comme un sport exclusivement européen, c'est le Brésil qui, à la surprise générale, avait été sacré champion du monde en 2013.

Le coin des Bleues :
Cinquième de l'Euro, en décembre, la France disputera un match de barrage au mois de juin pour se qualifier. Le tirage qui a lieu, en marge de la finale de l'Euro, a désigné la Slovénie comme adversaire des Bleues.

Dimitri GRESSARD

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant