[Autres Sports] Pascal Papé : " On avait tellement besoin de confiance "

le
0
[Autres Sports] Pascal Papé : " On avait tellement besoin de confiance "
[Autres Sports] Pascal Papé : " On avait tellement besoin de confiance "
Après la belle victoire sur l'Australie (29-26), le deuxième ligne du XV de France Pascal Papé estime que ce succès va apporter beaucoup de confiance à ce groupe jeune, à moins d'un an de la Coupe du monde.

Pascal Papé, c'est une victoire qui fait du bien...
Ah ça, c'est sûr. On avait tellement besoin de confiance depuis quelques temps que celle-là, elle est belle. En plus, face à l'Australie qui est une équipe en confiance et qui est à peu près la seule équipe capable de rivaliser avec les Blacks. Je crois qu'on a fait un grand match, en termes d'esprit et de solidarité. Que ce soient les plus jeunes ou les plus vieux, tout le monde s'est vraiment envoyé, et aujourd'hui on gagne le match avec les tripes et le c½ur.

C'est la fin de la sinistrose chez les Bleus ?
C'est là où vous (les journalistes) êtes très bons : on a gagné un match alors on peut être champion du monde... En toute humilité, on va savourer cette victoire, passer un bon dimanche, et lundi on va se pencher sur l'Argentine, parce que c'est un gros morceau. Cette dernière semaine se passera beaucoup mieux que si on avait perdu. Voir des sourires dans les vestiaires, les sourires du staff, de notre capitaine, des jeunes, c'est pour ça qu'on joue au rugby, c'est jouïssif.

Vous avez beaucoup souffert dans les dernières minutes...
La victoire est d'autant plus belle que ça se joue au finish. L'an dernier, on perd de sept points contre les Blacks au finish, les Sud-Africains, à peu près pareil. Aujourd'hui, je pense qu'on a bien maîtrisé, car on a mené tout le match, et contre l'Australie, ce n'est pas évident. On s'est fait peur à 14 à la fin. Je parlais tout à l'heure de solidarité et de couilles, aujourd'hui, il y en a eu beaucoup.

Deux victoires à domicile, ça permet d'évacuer la tension autour des Bleus ?
Le groupe a compris que quand on est à Paris, on est en France et il y a tout une nation derrière nous. Il ne faut pas galvauder ça et on ne peut pas se faire marcher dessus. C'est un petit aspect où on a gagné en maturité.

« Je sentais que ça allait tourner »

Ces victoires peuvent également évacuer les critiques autour du staff ?
Depuis le début, j'ai vraiment l'impression qu'on est dans le vrai. On a un staff qui en prend plein la gueule quand on perd. Pourtant, il y a du boulot, on bosse vraiment bien. En plus, il y a un état d'esprit pour ça. Mais je sentais que ça allait tourner, ça commence à tourner. A nous de continuer à faire tourner cette roue et gagner en confiance, c'est le plus important cette saison.

Avec cette victoire sur l'Australie, la France a-t-elle gagné en respect ?
On ne va pas s'affoler, on va tranquillement voir l'Argentine la semaine prochaine. Après, on verra. Il y a le Tournoi l'année prochaine... C'est une saison où on a besoin de confiance car c'est une saison avant la coupe du monde. Notre groupe a besoin de gagner en expérience et de gagner des points de confiance..

Ce match contre l'Australie est-il un match-référence ?
Sur les deux dernières années, oui. Ca a été un match abouti dans l'état d'esprit. La conquête a été plutôt bonne, propre. On va pouvoir s'en servir, c'est une bonne chose.

Avez-vous déjà rêvé de marquer un essai comme celui de Teddy Thomas ?
Oui, mais juste rêvé, et paf, je me réveillé à chaque fois (sourires).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant