[Autres Sports] Michaël Guigou (Montpellier) n'est pas jaloux du PSG Handball

le
0
[Autres Sports] Michaël Guigou (Montpellier) n'est pas jaloux du PSG Handball
[Autres Sports] Michaël Guigou (Montpellier) n'est pas jaloux du PSG Handball

Michaël Guigou, dans quel état physique êtes-vous après ces Jeux Olympiques ?
On a fait un bilan au retour des JO. J?ai été embêté pendant la préparation par l?adducteur gauche et par le genou durant la compétition. Il fallait faire un nettoyage du genou gauche pour qu?il soit nickel car j?avais des morceaux de cartilage qui se baladaient. Ça me fait chier car j?aurais aimé reprendre tout de suite avec Montpellier et ne pas m?arrêter. Mais par rapport à tout ce qui s?était passé à Londres, ce n?est pas illogique que ça se termine comme cela. Le nettoyage du genou, c?est un truc très rapide. Je n?ai pas de douleurs et je fais un travail au niveau musculaire. Je pourrai reprendre la compétition dans cinq ou six semaines.

Est-ce que cette nouvelle blessure gâche un peu la victoire aux Jeux ?
La victoire, j?en ai plus que profité après une compétition plus que dure. A une reprise, j?ai été proche de la sortie. Donc pas de soucis : je la savoure cette victoire. Ce n?est pas une perte de temps. Je préfère être absent maintenant plutôt que de m?apercevoir après que ce n?était pas jouable. Je n?arrête pas de le dire, c?est une vraie merde que j?ai. Un truc super compliqué et super lent à se remettre en route. Cela met beaucoup de temps, le chirurgien pourrait mieux l?expliquer que moi. Ça ne va pas faire deux ans mais presque un an et demi de galère. Je prends souvent l?exemple d?André-Pierre Gignac ; qui a connu à peu près la même galère avec un problème d?adducteur. Ce sont des régions du corps hyper longues à se réparer. Mais ça devrait le faire au final.

Avec le recul, quel bilan tirez-vous sur les Jeux Olympiques d?un point de vue collectif ?
Le bilan est bon. Mais c?était délicat. On a fait des bonnes choses mais on a perdu contre l?Islande après être bien rentré dans la compétition par trois victoires contre la Grande-Bretagne, la Tunisie et l?Argentine. Même si ce sont des équipes avaient avec un niveau en-deçà du dernier carré, on a pu voir que la Tunisie a vraiment embêté la Croatie en quarts. Après, il y a un match galère face à l?Islande. Il fallait se remettre en question et retravailler sur certains points. C?était nécessaire pour pouvoir faire ce qu?on a fait par la suite. Il y a tout un ensemble de choses qui ont été bien gérées. Il y avait de la bonne tension.

Le groupe était de plus en plus nerveux au fur et à mesure de la compétition?
Tu sens tout le monde se remobiliser encore un coup avec une sorte de concentration, pas de la nervosité. On a vu au début qu?on était un peu crispé et le parcours est forcément parfait quand tu gagnes. Tu ne peux pas dire le contraire. Mais à l?intérieur de ce parcours, il y a plusieurs éléments qui ont été bien rattrapés, comme la défaite contre l?Islande, où il ne fallait pas s?affoler plus que ça. Idem contre l?Espagne en quarts, pour remonter au score. Et il y a la finale face à la Suède, qui était l?un des matchs les plus durs à jouer et que nous n?avons pas forcément bien géré contre une équipe inexpérimentée à ce niveau.

« Sur les Champs, c?était puissant »

Qu?est-ce qu?il s?est passé avec William Accambray face à l?Espagne (7 buts dont un victorieux à la dernière seconde) ?
Ce qui s?est passé tout simplement avec William, c?est que déjà c?est quelqu?un qui a du talent, avec un bras extraordinaire. Et il a vécu une année difficile avec Montpellier la saison passée. Il a eu envie de montrer déjà qu?il méritait d?être dans l?équipe. Il a montré qu?il avait envie et qu?il avait mûri après avoir été le meilleur joueur du championnat en claquant une dizaine de buts à chaque match. Le fait qu?il soit resté dans le groupe a été très important. Claude Onesta (ndlr : le sélectionneur) lui a dit ce qu?il fallait pour le remobiliser car son rôle n?était pas simple. Derrière, on a fait pareil. Quand tu ne joues pas depuis plusieurs mois et que tu es avec le préparateur physique à soulever des poids que tu n?imagines même pas, c?est difficile. Quand j?ai regardé les résumés de tous nos matchs en phase finale, il n?a pas apporté que contre l?Espagne. Contre la Croatie, il en plante trois d?affilée par exemple.

Comment était l?ambiance au club France ?
On a fait la fête ensemble forcément. Il y avait une soirée très sympa à la cantine le lundi soir. Puis il y a eu les Champs-Elysées, ce sont des moments très forts de décompression et de plaisir. Une ambiance très sympa en tout cas.

Est-ce que vous vous attendiez à un tel engouement ?
Non, surtout qu?il y a quatre ans, il y a avait trois fois moins de monde. A l?époque, il y avait à peine du monde devant Adidas (ndlr : la boutique de l?équipementier est en bas des Champs). Cette fois-ci, c?était puissant, tout était bondé. Tout le monde a en tête 1998 forcément, avec les Champs remplis à ras bord. Et pour des Jeux Olympiques qui se déroulés à Londres, un lundi après-midi et pour des sports autres que le football, ça a été quelque chose d?extraordinaire avec tout ce monde. Tout ça ne valait pas 1998 mais c?était vraiment cool.

Et concernant la polémique par rapport au dérapage sur le plateau de L?Equipe TV, quel est votre ressenti ?
Ce que je trouve dommage, c?est qu?on nous a rapidement comparés aux footballeurs avec ce débordement. Comme quoi on était passé du côté obscur. Je pense que c?étaient des accidents isolés. Dans l?équipe, on n?a pas changé. Il y a un peu plus d?argent, un peu plus de médiatisation mais on reste des gars bien. Je ne regrette rien, je n?y étais pas. Niko (Karabatic) et Claude (Onesta) se sont excusé par la suite. Après, c?est leur responsabilité mais c?est dommage que l?on généralise ça.

Est-ce que vous auriez envie de continuer en équipe de France si le physique est bon ?
Oui car j?ai un contrat jusqu?à Rio en 2016 avec mon club de Montpellier. Mais comme je le disais, c?est un gros orage que j?ai connu et qui était nécessaire pour pouvoir continuer. Je ne suis pas forcément inquiet par rapport aux retours des médecins de Montpellier et de la sélection. C?est un mauvais passage qui s?arrêtera du jour au lendemain. Ton nouveau corps est habitué et équilibré. Durant la préparation et les JO, j?ai retrouvé un bon niveau donc peu d?inquiétude de mon côté.

« Tout le monde se plaignait qu?il n?y avait qu?une seule équipe »

Qu?est-ce que vous inspire le nouveau PSG Handball qui a investi beaucoup d?argent cet été pour monter une équipe très ambitieuse ?
Ce sont des personnes qui ont énormément de moyens. On voit ce qu?ils font avec le football. Il ne faut pas être jaloux de ça. Ils arrivent dans un contexte favorable, avec Copenhague qui n?a plus d?argent et plusieurs clubs espagnols qui sont en difficulté. Ils ont pu faire une équipe avec finalement peu de moyens par rapport à ce que les joueurs coûtent réellement. Cette super équipe va être favorite du championnat et de tout le reste, certainement en Ligue des Champions la saison prochaine. Il n?y a pas qu?eux d?ailleurs. Il y a Nantes également ou Chambéry, qui s?est offert les frères Gilles et les frères Nyokas. Donc voilà, c?est un championnat très costaud. Tout le monde se plaignait qu?il n?y avait qu?une seule équipe, c?est une bonne chose pour apporter une énorme rivalité.

Vous pensez que Montpellier n?est pas favori cette saison ? Cela permet d?enlever un peu de pression ?
Non, Montpellier est bien favori, tout comme le PSG Handball. Il n?y a pas un seul favori. Je vois très bien qu?on est costaud sur le papier. Le truc, c?est que tu as l?impression de voir une équipe étrangère débarquer avec pas mal des joueurs impressionnants. A Paris, c?est beau mais à Montpellier ; c?est beau aussi. Et il y a ce qu?on a envie de faire en Ligue des Champions et ce qu?on souhaite réaliser au niveau du championnat de France également. Là-dessus, on peut voir que ça se renforce également. Il y a une équipe comme Vezprem qui met énormément de moyens. Il faut ajouter Kiel, Hambourg et Berlin plus l?Atletico et Barcelone, même si l?Espagne baisse de niveau. C?est devenu très consistant en France comme en Europe.

Cette force de frappe peut-elle « pourrir » le vestiaire de Montpellier en cas d?offres du PSG Handball pour certains d?entre vous ?
Il faut poser la question aux principaux intéressés. Pour ma part, je n?ai pas été approché par le PSG (rires).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant