[Autres Sports] Martin Fourcade : " Une heure de torture et de psychanalyse sur les skis "

le
0
[Autres Sports] Martin Fourcade : " Une heure de torture et de psychanalyse sur les skis "
[Autres Sports] Martin Fourcade : " Une heure de torture et de psychanalyse sur les skis "
Quatre-vingt-unième du 20km d'Östersund (Suède) en ouverture de la saison individuelle de biathlon, Martin Fourcade est revenu lors d'une conférence téléphonique sur ce douloureux échec, mais le champion olympique ne s'inquiète pas pour la suite.

Martin, avez-vous compris ce qui s'est passé au premier tir couché, où vous avez commis quatre fautes ?
Quand tu en loupes quatre et que tu comprends ce qui s'est passé, c'est ce que tu n'as vraiment pas été bon (sourires). J'ai fait un mauvais tir, point barre. Je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas analysé. Je me sentais pas mal. Quand ça ne veut pas, il ne faut pas chercher à  analyser, il faut passer à la suite, et voila.

Avez-vous eu des problèmes de réglages ?
Non, ça n'a pas trop bougé entre mes réglages et la course. C'est fait, on ne va pas revenir dessus, même si je me torture la tête. Il faut penser à autre chose. Je suis passé à autre chose après le premier tir. Ça a été une heure de torture et de psychanalyse sur les skis, car ce n'était vraiment pas agréable pour moi. J'ai souhaité finir, je me suis battu pour finir.

Comment vous êtes-vous senti physiquement ?
Sur le premier intermédiaire, il y avait plus d'écart que d'habitude. Le premier tour, c'est d'ailleurs le seul qu'on peut analyser, car les autres, je n'ai pas fait la course. Je suis 6eme temps, mais un peu loin. J'étais un peu étonné car je pensais être mieux parti.

Avez-vous pensé abandonner ?
J'ai lâché l'affaire, mais je ne voulais pas abandonner car on n'abandonne pas avec le dossard jaune (de vainqueur de la Coupe du monde d'individuelle la saison passée, ndlr) sur une première course de la saison. Dans la tête je n'y étais plus du tout dès le premier tir.

« Pour l'instant je n'ai pas de raison de m'alarmer »

Cela vous est déjà arrivé de rater quatre tirs d'entrée ?
Oui, même cinq (sourires). Mais sur le début de la Coupe du monde, non. J'avais eu le bonheur de finir dans les huit lors des cinq dernières ouvertures de Coupe du monde. C'est sûr que ce n'est pas un moment agréable, j'ai lancé des saisons mieux que ça.

Comment vous projetez-vous sur le sprint de samedi ?
Si des gens pensent que ce résultat reflète mon niveau, mon potentiel, je les laisse penser quelques jours encore... Je suis beaucoup mieux que ce que j'ai montré aujourd'hui. J'ai simplement envie de me faire plaisir sur les courses, ce qui n'a pas été le cas aujourd'hui. J'essaie de ne pas me prendre la tête, d'aborder les courses de la même façon que d'habitude. Il y a eu d'autres loupés dans ma carrière, même si on les a peut-être moins retenus, car c'était à des périodes où j'avais été moins perturbé et où on attendait moins de réponses (Martin Fourcade a été victime d'une mononucléose qui a perturbé sa préparation estivale, ndlr). Je vais me battre sur le sprint jusqu'au bout. Il faudra faire les comptes à la fin du week-end si ça ne va pas, mais pour l'instant je n'ai pas de raison de m'alarmer.

Appréhendiez-vous ce retour à la compétition ?
Non. J'ai fait une belle course dimanche sur le relais et j'étais rassuré, sur mon état physique et mes capacités au tir. Je n'ai pas envie de me prendre la tête plus que ça et j'ai envie de passer à quelque chose de plus joyeux.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant