[Autres Sports] M.Noumonvi : " Je garde les mêmes méthodes "

le
0
Sacré champion du monde à Tachkent (Ouzbékistan) en septembre dernier, Mélonin Noumonvi (32 ans) a réussi à devenir le maître de sa catégorie (-85kg). Après plusieurs échecs dans le dernier carré des grandes compétitions, le lutteur de Bagnolet nous parle de cette victoire et de son avenir avant le test-match face aux Azerbaïdjanais vendredi au Cirque d'Hiver Bouglione.

Mélonin Noumonvi, vous êtes devenu champion du monde en septembre. Qu'est ce que ce titre a eu comme impact sur vous ?
Je n'ai pas changé ma manière de faire. Comme ça a marché, je garde les mêmes méthodes. Après, j'ai gagné en confiance surtout pour les années à venir. Il y a des grosses échéances qui arrivent comme les Championnats du Monde à Las Vegas en 2015, puis les Jeux Olympiques à Rio en 2016. Avec un titre de champion du monde, on gagne un énorme capital confiance.

Médiatiquement cela a-t-il changé quelque chose ?
Oui, ces derniers mois, j'ai fait pas mal de télé, d'interviews, etc. On a une agence àla Fédérationqui s'occupe bien de ça. J'ai été sollicité et c'est très bien pour notre sport. On parle de nous. Personnellement, je continue ma routine à l'INSEP. Là-bas, on en croise tous les jours des champions du monde. En tout cas, les gens ne me reconnaissent pas dans la rue...

« Je commence à me faire vieux »

Vous disputez vendredi une rencontre exhibition face à l'Azerbaïdjan, à Paris. Est-ce un événement qui vous motive ?
Oui, tous les ans, au Cirque d'Hiver, on dispute une belle rencontre. L'Azerbaïdjan est une des meilleures nations au monde. Ce challenge nous tient à c½ur, ça sera difficile mais rien n'est impossible. En 2010, on disait déjà cela dela Turquieque nous avions affrontée au Cirque d'Hiver. Elle devait nous mettre une raclée mais ce fût un match assez serré. Malgré les blessures qui touchent l'équipe, j'espère que l'on tiendra notre rang. Je suis champion du monde et même si j'affronte un junior qui lui aussi est champion du monde, je suis motivé. C'est un rendez-vous important de notre discipline.

Votre adversaire, Islam Abbasov (18 ans), vous le connaissez ?
Non, je ne le connais pas. J'ai rencontré un autre Azéri en finale des Championnats du monde. Je suppose qu'il est solide aussi. Il est quand même champion du monde et d'Europe junior ! Il est junior mais il n'a pas peur de venir combattre des seniors. Je pense que ça sera un gros match mais je suis prêt.

Cela fait partie de votre préparation pour les Jeux de Rio. Comment va-t-elle se passer ?
En 2015, il va y avoir quelques changements. On devait avoir les Championnats d'Europe en avril mais ils n'auront pas lieu puisque nous disputerons les Jeux Européens à Bakou en juin. Cela va être un peu rapproché de la dernière échéance qui sera les Championnats du monde de Las Vegas, en septembre. Pour ma part, je vais commencer la préparation un peu plus tard parce que je commence à me faire vieux (rires) ! Je n'ai pas suivi la programmation du début de saison donc je vais vraiment rentrer dedans en janvier, avec la reprise des compétitions individuelles. Pour le moment, je privilégie les compétitions par équipes puisque je renforce l'équipe allemande de Kollerbach, en plus d'être à Besançon. C'est plus cool et les entraînements sont à la carte.

« Le clap de fin en 2017 à Paris »

En 2017, les Championnats du monde de lutte seront organisés à Paris. Est-ce un objectif pour vous ?
Disons que c'est un objectif de second plan. Pour le moment, je me concentre sur les JO de Rio. C'est le point culminant de ma préparation. Mais comme c'est un Championnat du monde à la maison, ça reste un bel enjeu. Ce n'est pas arrivé souvent même si j'ai eu la chance de disputer ceux organisés à Créteil en 2003. Je m'étais qualifié pour les JO d'Athènes. Je pense que pour moi ce sera un petit clap de fin. J'espère que je pourrai ramener une médaille pour clôturer ma carrière.

Donc vous nous annoncez que cette compétition en 2017 à Paris pourrait être la dernière de votre carrière ?
Oui, ça devrait être ma dernière compétition. Je suis sur le circuit depuis suffisamment longtemps. Je suis en senior depuis 2002, sachant qu'avant j'avais fait les circuits cadets et juniors. Si je vais à Rio, cela me fera quatre participations aux JO donc je vais penser à me reposer.

Dimitri GRESSARD

>>> Pour tout savoir sur le test-match France-Azerbaïdjan du 4 décembre au Cirque d'Hiver Bouglione, cliquez ici

 


Teaser test match de lutte France / Azerbaïdjan... par federationlutte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant