[Autres Sports] LFP : Caïazzo explique tout pour Ibrahimovic et Payet

le
0
[Autres Sports] LFP : Caïazzo explique tout pour Ibrahimovic et Payet
[Autres Sports] LFP : Caïazzo explique tout pour Ibrahimovic et Payet
Vice-président de la LFP, Bernard Caïazzo est revenu sur les conditions dans lesquelles la Ligue a décidé de diminuer les suspensions d'Ibrahimovic et Payet. Et il tacle Aulas au passage.

« Sordide ». Bernard Caïazzo n’a pas d’autre mot pour décrire ce qu’il pense de la prise de bec du week-end entre Jean-Michel Aulas et Frédéric Thiriez sur fond de réduction de peine pour Zlatan Ibrahimovic et Dimitri Payet. « Cette affaire est sordide. Thiriez pouvait prendre seul la décision d'accepter la conciliation du CNOSF s'il l'avait voulu, sans consulter le bureau de la Ligue. Quand il a décidé en octobre dernier d'inverser Montpellier-Lyon, il l'a fait sans consulter son bureau. » Cette fois, il y a eu consultation. Dans Le Parisien, Bernard Caïazzo, président de l’AS Saint-Etienne mais aussi vice-président de la Ligue, en profite pour revenir en détails sur les conditions dans lesquelles a été prise cette décision de ramener respectivement la suspension du Marseillais de deux à un match et celles du Parisien de quatre à trois matchs.

« Aulas était déjà parti »

« Le jeudi après-midi, lors du conseil d'administration de la LFP, le dossier de la diminution des sanctions de Payet et Ibra a été évoqué lors des questions diverses, au cas où le CNOSF se prononcerait en faveur de cette réduction. Toutes les familles y étaient favorables. Aulas était déjà parti car il avait un rendez-vous. Thiriez nous a dit qu'il nous demanderait le lendemain une confirmation. » Ce qui fait dire à Caïazzo que Thiriez « n'a commis aucune faute ». « Le foot se dispute sur le terrain, pas devant les tribunaux. On est ridicules avec cette histoire. C'est un combat d'arrière-garde », poursuit le président stéphanois, pas du tout inquiet pour son président à la Ligue. « Thiriez destitué ? Par qui ? Juridiquement, il n'a rien à craindre. Il faut arrêter de diaboliser la Ligue et son président. Il a ses qualités et ses défauts. Mais nous devons cesser de remettre en cause les décisions de la LFP et de la Fédération, même si une réforme de la gouvernance de la Ligue s'impose. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant