[Autres Sports] Les confessions de Patrice Evra

le
0
Interrogé par le CFC, Patrice Evra, le latéral gauche de la Juventus Turin, fait le point avant l'affiche de mercredi prochain contre Monaco (quarts de finale retour de la C1). Au sujet des Bleus, l'ancien joueur de Manchester United compte faire de la résistance malgré ses trente-trois ans.Les retrouvailles avec Monaco

Je n’ai pas été surpris par Monaco (ndlr : victoire 1-0 au match aller). On n’a pas du tout sous-estimé cette équipe. Ils ont fait un très bon match aller. Contre eux, nous étions les favoris. Je pense que beaucoup de joueurs ont eu cette pression. Au match retour, ça sera différent et il y aura la maîtrise du jeu. Quand ils ont gagné contre Arsenal (en 8emes de finale), j’étais vraiment fier de cette équipe de Monaco. Je voyais cette folie, ils n’avaient pas peur devant. Ils étaient là pour profiter et ils voulaient faire pareil contre la Juve. J’ai parlé avec certains joueurs de Monaco et ils se sentent plus forts à l’extérieur. L’ambiance est différente. Monaco, ça représente beaucoup pour moi. L’amitié avec le Prince, etc. C’est retourner à la maison et je n’aime pas ça. Quand je joue contre une équipe, j’aime bien avoir cette envie de tuer - dans le bon sens du terme - mon adversaire. Ça va un peu me manquer et je vais essayer de me concentrer dessus.

Kondgobia & Co

C’est la génération Pogba, c’est fort. Ils arrivent, ils vont faire mal. Ils sont insouciants, ils arrivent avec leurs qualités. Ils ne se posent pas de questions. Ils ne disent pas : « c’est Chiellini, c’est Bonucci ». J’aime ça et ce n’est pas de l’arrogance. Si tu n’as pas ça (il montre sa tête pour évoquer le mental), tu ne vas nulle part. C’est facile d’arriver au sommet de la pyramide, mais le plus dur, c’est d’y rester. A un moment ou un autre, tu vas descendre. Mais il faut le faire le plus doucement possible.

Son aventure avec la Juve

La Juve, c’est difficile, mais ça convient à ma mentalité. Les conseils de Didier Deschamps ? C’est un amoureux de la Juve, il m’a tout de suite dit de foncer. C’est énorme, mais il ne m’avait pas parlé de la préparation ! Pour ça, je lui donne mon pouce. C’est incroyable, je ne me suis jamais entraîné comme ça de toute ma carrière. A Manchester United, c’était les vacances, mais tu gagnes. De belles vacances… Ici, c’est comme une bouteille de vin. Plus tu prends de l’âge et le goût devient meilleur.

La concurrence de Kurzawa ou encore Digne

Ces jeunes-là, il va falloir qu’ils se réveillent. Le vieux, le dinosaure, il ne lâchera rien. Mais je vais les aider pour qu’ils soient plus performants que moi s’ils doivent prendre ma place. Quand je ne pourrai plus apporter, il faudra arrêter. Ça ne sert à rien. Aujourd’hui, mon palmarès, c’est celui que je dois avoir avec la Juve. Après, on verra bien. 

La reconversion

Il y a des sensations bizarres qui viennent et qu’au début, je n’avais pas. Ferguson, avant qu’il ne parte, m’avait convoqué dans son bureau. Il me fait : « Pat, je vais te dire quelque chose de très important. Il y a deux joueurs qui seront de grands entraîneurs dans cette équipe, c’est Ryan Giggs et toi. » J’ai passé quelques uns de mes diplômes en tant qu’entraîneur à Manchester. Je fais tous les trucs en douce. J’ai envie de l’avoir ce diplôme d’entraîneur. Après, on verra.


Propos recueillis sur Canal+

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant