[Autres Sports] GP de France : L'Etat refuse de mettre la main à la poche

le
0

Nicolas Deschaux, président de la FFSA (Fédération Française de Sport Automobile), avait rendez-vous avec Valérie Fourneyron, ministre des Sports, afin de faire le point sur les dossiers de candidature pour le Grand Prix de France. Il n?y a que deux circuits homologués par la FIA pour accueillir un Grand Prix. Le circuit de Magny-Cours dans la Nièvre et celui de Paul-Ricard dans le Var se sont donc posés en tant que candidat et ont présenté un projet à la FFSA. Cette dernière devra ensuite choisir un des dossiers pour le proposer à la FIA (Fédération Internationale d?Automobile) et Bernie Ecclestone qui seront les ultimes décideurs. Mais il y a un hic, les deux dossiers demande une aide financière de l?Etat.

Cette contribution est toutefois différente pour les deux circuits. Magny-Cours nécessite une subvention annuelle de l?Etat ainsi qu?une garantie sur des possibles pertes d?exploitation. Le projet du Castellet, lui, ne sollicite pas une subvention mais souhaite, comme son concurrent, une garantie en cas de déficit financier. L?entretien entre Nicolas Deschaux et Valérie Fourneyron portait principalement sur cette éventuelle participation de l?Etat. La ministre a très clair. L?organisation de ce Grand Prix ne fait partie des missions de l?Etat. C?est pour cela, qu?aucun soutient financier ne serait accordé aux deux dossiers, que ce soit par l?intermédiaire d?une subvention ou d?une garantie.

A la sortie de ce tête-à-tête, le président de la FFSA était déçu mais pas surpris de cette décision. « Si cette position est certes conforme à celle exprimée régulièrement par les représentants depuis 2009, je ne peux toutefois que la regretter, compte tenu notamment du soutien apporté par l?Etat sur d?autres évènements sportifs » soulignait-il. D?autant plus q?il estime que l?investissement de l?Etat dans ce Grand Prix de France est une assurance de réaliser une plus-value économique mais aussi politique, une façon de soutenir « toute la filière automobile ». Nicolas Deschaux a salué « le sérieux du travail accompli par les deux candidats, ainsi que le volontarisme, notamment financier, des collectivités territoriales respectivement impliquées ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant