[Autres Sports] France : Amandine Leynaud " n'a pas vraiment douté "

le
0
[Autres Sports] France : Amandine Leynaud " n'a pas vraiment douté "
[Autres Sports] France : Amandine Leynaud " n'a pas vraiment douté "
Suite à la victoire de l'équipe de France de handball féminin en ouverture de l'Euro 2014 face à la Slovaquie, la gardienne française Amandine Leynaud a affirmé avoir eu confiance en ses coéquipières durant le match. De son côté, Alain Portes a trouvé ses joueuses " poussives "

Face à la Slovaquie en ouverture de l'Euro 2014, l'équipe de France de handball féminin n'a pas réellement convaincu. Après une première période difficile où elles ont été menées la plupart du temps, les Bleues se sont réveillées après le repos pour s'imposer de trois but (21-18). Au sortir de la rencontre, la gardienne française Amandine Leynaud s'est voulue rassurante, se satisfaisant du résultat. « Les Slovaques avaient envie de montrer ce qu'elles savaient faire. Mais je n'ai pas vraiment douté, a assuré Amandine Leynaud dans des déclarations recueillies par l'AFP. Je savais qu'on serait capables de faire la différence. Cela a été long et laborieux mais l'essentiel est là. J'espère que cela va nous permettre d'être plus sereines. Au Mondial, on avait très bien commencé avant d'être éliminées en quarts de finale. Si, cette fois-ci, on commence doucement et que l'on termine fort, cela me conviendra très bien »

« J'ai eu l'impression que l'on jouait avec un ballon de trois kilos »

De son côté, le sélectionneur des Bleues, Alain Portes, a été moins enclin à tirer du positif de cette victoire au vu du jeu produit par ses joueuses. Il leur a fait comprendre à la mi-temps qu'il fallait se bouger pour l'emporter. « Elles ont été poussives, avec un jeu crispé comme pas possible, a analysé Alain Portes après la rencontre dans des déclarations recueillies par l'AFP. Je fais pourtant tout pour les décrisper. J'ai eu l'impression que l'on jouait avec un ballon de trois kilos. Il y a eu beaucoup trop d'approximations. C'est incroyable le nombre de cadeaux qu'on leur a fait ! Ce n'est pas dans mes habitudes, mais il a fallu qu'à la mi-temps je pousse ma première colère de sélectionneur. C'était nécessaire. On s'est compliqué la tâche contre un adversaire qui n'avait rien à perdre, a bien récité son handball et ne lâchait pas de ballons »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant