[Autres Sports] FC Barcelone : Edwin Jackson " ne pouvait pas refuser "

le
0
[Autres Sports] FC Barcelone : Edwin Jackson " ne pouvait pas refuser "
[Autres Sports] FC Barcelone : Edwin Jackson " ne pouvait pas refuser "
Transféré la semaine dernière de l'ASVEL au FC Barcelone, Edwin Jackson est revenu pour RMC sur le contexte de ce transfert vers un grand d'Espagne, une opportunité qu'il ne pouvait pas refuser.

La semaine passée, Edwin Jackson a quitté l'ASVEL pour s'engager en faveur du FC Barcelone. Suite à ce transfert, l'arrière international français est revenu sur RMC dans l'émission de son ancien président à l'ASVEL, Tony Parker, sur le contexte d'un tel transfert. « Tout est validé, j'ai signé mon contrat. Ils étaient contents des résultats médicaux. Ils m'ont dit : « Enfin un joueur qui n'est pas blessé », a affirmé le joueur de 25 ans. Mon dernier match avec l'ASVEL, c'était une sacrée émotion. C'était un peu dur à gérer. Ça m'a fait pleurer. J'étais attaché à Villeurbanne avant même d'y jouer. C'est le club avec lequel j'ai grandi. Ça me faisait rêver de jouer là-bas. Comme ça me faisait rêver de voir jouer le Barça ou la NBA. L'opportunité s'est présentée, je voulais la saisir sans avoir de regrets. Le timing ne tombe pas au meilleur des moments, mais c'est une opportunité que je ne pouvais pas refuser. »

« Perdre son meilleur joueur en début de saison, c'est difficile »

Président de l'ASVEL, Tony Parker est aussi revenu sur ce transfert dont il est parti prenante. S'il avait un accord avec le joueur, le meneur des Spurs regrette néanmoins de voir partir un joueur aussi talentueux en milieu de saison. « Perdre son meilleur joueur en début de saison, c'est difficile, surtout après notre grosse victoire contre Gravelines-Dunkerque. On voulait aller de l'avant. J'avais un accord moral avec Edwin. Si la NBA ou le top 3 européen l'appelait, je le laissais partir. » L'ancien joueur de Paris a fait un parallèle entre la situation d'Edwin Jackson et son vécu avant son départ pour la NBA. « J'ai vécu cette situation. A Paris, on ne voulait pas me laisser partir pour la NBA, a rappelé Tony Parker. J'ai dû aller au tribunal. Je me suis promis qu'en tant que président, je ne ferais jamais ça à un joueur. Je n'ai qu'une parole. Je suis très fier pour lui. »

« Je lui ai demandé de baisser son salaire de 40 000 euros »

Enfin, Tony Parker est revenu sur le passage d'Edwin Jackson à l'ASVEL, où il n'a pas toujours fait l'unanimité mais pour lequel il a fait des sacrifices, principalement financier. « En 2012, les actionnaires voulaient virer Edwin. Moi je voulais le garder, se rappelle Tony Parker. Il a beaucoup donné à l'ASVEL. En 2012, il gagnait 120 000 euros annuels. Je lui ai demandé de baisser son salaire de 40 000 euros, ça permettait d'économiser pour pouvoir prendre d'autres joueurs, parce que les actionnaires veulent baisser le budget. Edwin a baissé son salaire de 40 000 euros. Je ne connais personne qui a fait ça pour un club de basket. Il a fait ça pour moi. On a eu un deal moral. C'est dommage qu'il parte, mais il faut être content pour lui. A l'ASVEL, on rebondira. » Et l'ASVEL pourra le montrer dès ce mardi avec un déplacement à Orléans dans le cadre de la 13eme journée de Pro A.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant