[Autres Sports] Faits divers : Kilian Jornet secouru par les gendarmes de Chamonix

le
0
[Autres Sports] Faits divers : Kilian Jornet secouru par les gendarmes de Chamonix
[Autres Sports] Faits divers : Kilian Jornet secouru par les gendarmes de Chamonix

Bloqué dans le Massif du Mont-Blanc samedi soir en raison du mauvais temps, le champion catalan d'ultra-trail Kilian Jornet a été récupéré par les secouristes du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) dans la face nord de l'aiguille du Midi, à environ 3.800 mètres d'altitude. Il semblerait que Jornet, qui a récemment battu les records d'ascension du Mont-Blanc et du Mont-Cervin, a négligé certains aspects de son équipement. Une attitude condamnée par Jean-Louis Verdier, adjoint en charge de la sécurité en montagne de Chamonix et guide de haute montagne : « La montagne se pratique avec du matériel adéquat, a-t-il expliqué dans des propos rapportés par l'Agence France Presse. On a le droit de se mettre soi-même en danger, mais on ne peut pas non plus faire n'importe quoi d'autant plus par mauvais temps. La moindre erreur en montagne, c'est la mort. »

Sur son site Internet, le sportif espagnol s'est expliqué. Il a notamment reconnu qu'il s'était montré « peu prévoyant » : « Le 8 septembre j'étais en train faire une course à la face Nord de l'Aiguille de Midi, l'éperon Frendo, course que j'avais fait déjà antérieurement. On était dans un bon horaire pour sortir largement avant le mauvais temps et avec l'équipement d'escalade (glace et rocher) nécessaire. J'ai été peu prévoyant à penser qu'il y aurait des températures plus chaudes et à ne pas prendre plus de vestes. Dans le dernier ressaut rocheux on a perdu beaucoup du temps en prenant un mauvais itinéraire et en revenant au bon. À 50 mètres du sommet de l'Aiguille de Midi, en voyant que la météo se dégénérait très vite et que continuer ça pouvait mettre en danger mon accompagnant, on a décidé d'appeler le PGHM. C'est eux qui nous ont sorti jusqu'au sommet de l'Aiguille, sans plus de soucis qu'un peu de froid. Je veux profiter l'occasion pour remercier le travail toujours très professionnel et efficace des secouristes en montagne. C'est une alerte, que la montagne est dure et même si on est méticuleux elle est dangereuse, et qu'il faut être humble face a elle car nos fautes, surtout quand on est léger, se payent chères. On doit donc accepter et être conscient des risques que l'on veut prendre individuellement et avec les personnes qu'on accompagne, en fonction de nos capacités personnelles physiques, techniques ainsi que de notre expérience. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant