[Autres Sports] D.Szarzewski : " Une sorte de huitième de finale "

le
0
[Autres Sports] D.Szarzewski : " Une sorte de huitième de finale "
[Autres Sports] D.Szarzewski : " Une sorte de huitième de finale "
Après deux victoires en autant de rencontres, le Racing-Métro aborde la troisième journée de Champions Cup en conquérant. En déplacement chez les Gallois des Ospreys samedi, Dimitri Szarzewski et ses coéquipiers tenteront de se rapprocher un peu plus d'une première qualification pour les quarts de finale.

Dimitri Szarzewski, vous avez fait votre retour contre Castres (14-9), samedi dernier. Quelles ont été vos sensations après votre longue absence sur blessure ?
Oui, ça fait du bien. C'est un plaisir de retrouver les terrains, de retrouver mes coéquipiers mais aussi de retrouver la victoire. Maintenant il faut basculer sur une autre compétition, la Champions Cup. On connaît l'importance de cette compétition pour le club. On ne s'est jamais qualifiés pour les phases finales et on a l'opportunité de le faire donc à nous d'aller jouer contre les Ospreys avec les meilleures intentions.

On peut presque dire que c'est un huitième de finale...
Oui, c'est une sorte de huitième de finale. Cela dit, si ça devait mal se passer, on aurait encore l'opportunité de se qualifier. Après on connaît l'importance de prendre tous les points dans cette compétition, et ça nous éviterait de jouer notre qualification à Northampton, lors de la dernière journée. A nous de faire ce qu'il faut. En tout cas, cette semaine a été sérieuse et studieuse donc j'espère que l'on sera capable de s'imposer à l'extérieur.

Vous êtes sur la dynamique d'une victoire à Castres et vous bénéficiez du retour des internationaux même si certains sont laissés au repos (Sexton, Thomas, Roberts). Sentez-vous qu'il y a un bon coup à faire ?
Oui, on sent vraiment qu'il y a une opportunité et il faut savoir la saisir. A nous de faire ce qu'il faut sur le terrain. On a montré que l'on est capable de s'imposer à l'extérieur. Certes c'est une autre compétition avec un arbitrage différent. Il va falloir s'adapter à tout ça, mais je pense qu'on a montré que l'on était capable de réaliser de belles choses. Maintenant, il ne suffit pas de le dire, il faut passer à l'acte, et le faire sur le terrain.

« Il faut avoir moins de dix pénalités »

Êtes-vous surpris que les Ospreys alignent tous leurs internationaux gallois alors qu'ils ont battu l'Afrique du Sud la semaine dernière ?
Non, je ne suis pas surpris parce que c'est une compétition majeure. On connaît pour eux l'importance de jouer la Coupe d'Europe à fond. Ils visent aussi la qualification. Ils ont cinq points donc à mon avis ils ont de grosses intentions contre nous. On peut dire que ce sera un bon match, un match de phase finale.

Ont-ils un style de jeu proche de celui de la sélection galloise ?
C'est vrai, ça joue vite. Ils enchaînent les temps de jeu. Ils ne se consomment pas dans les rucks. Ils essayent de faire vivre le ballon donc il faudra que l'on soit vigilants sur ça. Il faudra être bien organisé en défense et surtout être discipliné parce que l'on connaît l'efficacité de leur buteur, Dan Biggar. C'est sûr que si l'on commet le même nombre de fautes que contre Castres, on ne pourra pas s'imposer. Il y a eu 17 pénalités contre nous, c'est beaucoup trop ! On sait que la Coupe d'Europe c'est ce qui se rapproche le plus des matchs internationaux. Pour pouvoir s'imposer dans un match comme celui là, il faut avoir moins de dix pénalités.

« J'espère qu'on verra Lydiate »

Avez-vous parlé avec Mike Phillips, qui a joué là-bas, pour avoir quelques tuyaux ?
Il a joué là-bas, pas mal de temps (ndlr : de 2007 à 2011) et il connaît quelques joueurs des Ospreys. Il nous a avertis sur les qualités de certains joueurs qui sont capables de faire la différence à n'importe quel moment. Ce sera aussi un gros challenge pour lui puisqu'il jouera contre son concurrent direct en sélection, Rhys Webb. Il a à c½ur de faire un bon match.

Vous reverrez peut-être Dan Lydiate, qui pourrait rejoindre les Opsreys...
J'espère qu'on le verra. Je crois que c'est fait, il a signé aux Ospreys. On n'a pas eu l'occasion de se dire au revoir, ça a été tellement rapide. On a échangé des messages mais ce serait bien de le revoir et de lui souhaiter bon vent et bon courage pour la suite.

Physiquement, comment vous sentez vous ?
Je ne suis pas encore à 100 %. Ce n'est pas évident de retrouver la compétition, surtout au niveau des repères et du rythme de jeu. Après, ça revient assez vite. J'ai plutôt de bonnes sensations à l'entraînement. La semaine dernière, le fait de rentrer plus de trente minutes m'a fait énormément de bien. Il me faut encore un peu de temps pour retrouver mon meilleur niveau. Quand on est blessé, même si l'on n'est pas à 100 %, on compense surtout par l'agressivité et le fait d'être affamé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant