[Autres Sports] Corruption : Des entraîneurs et présidents interpellés pour une affaire de matches suspects

le
0
[Autres Sports] Corruption : Des entraîneurs et présidents interpellés pour une affaire de matches suspects
[Autres Sports] Corruption : Des entraîneurs et présidents interpellés pour une affaire de matches suspects
Des entraîneurs et des présidents de club ont été interpellés puis placés en garde à vue ce mardi dans une affaire de matches suspects la saison passée en L2, selon les informations du Point et du Parisien. Les clubs de Nîmes, Angers, Caen et Dijon sont notamment concernés.

Choc dans le monde du football professionnel français, après les révélations du Point et du Parisien ce mardi. L'hebdomadaire et le quotidien régional indiquent sur leur site Internet que plusieurs personnes ont été interpellées puis placées en garde à vue en raisons de suspicions de « corruption active et passive dans le cadre de manifestations sportives ». Les clubs de Nîmes, Angers, Caen et Dijon sont notamment concernés. En clair, la justice enquête sur des matches de Ligue 2 dont les résultats auraient été manipulés la saison passée. Président de Caen, Jean-François Fortin ferait notamment partie des présidents arrêtés dans cette affaire, d'après Le Point et Le Parisien. D'autres dirigeants, des entraîneurs (dont un exerçant en L1 cette saison selon Le Point) et des intermédiaires seraient aussi impliqués dans ce coup de filet à grande échelle. Une opération diligentée par le Service central des courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire.

Cette dernière se penche sur des rencontres de Nîmes qui auraient pu être truquées pour favoriser le maintien des Crocodiles en Ligue 2. Un objectif qu'ils ont finalement atteint en fin de saison (15eme). Les enquêteurs auraient notamment des suspicions sur Dijon-Nîmes, match pourtant perdu largement par les Gardois (5-1, 25 avril 2015), Angers-Nîmes (2-3, 6 mai 2014), ou encore Caen-Nîmes (1-1, 13 mai 2004). Le déplacement à Michel d'Ornano avait déjà soulevé des doutes au moment de la rencontre, puisque le nul arrangeait les deux équipes et assurait la montée du Stade Malherbe en Ligue 1. La seconde période avait été une parodie de football, les 22 acteurs s'arrêtant ostensiblement de jouer. C'est en récoltant des preuves dans une autre affaire que les enquêteurs ont été mis sur la voie de possibles malversations dans le cadre de ces matches. Principal suspect dans le volet financier de l'affaire Cadet, un cercle de jeu parisien, Serge Kasparian a été mis en examen et placé en détention provisoire à la prison de Fleury-Mérogis. Il y est incarcéré depuis le mois d'octobre.

Placé sur écoute, cet ancien actionnaire du Nîmes Olympique aurait tenu des propos suspects avec Jean-Marc Conrad, nouveau président du club. « Les investigations, notamment techniques, diligentées dans le cadre de l'enquête sur des faits d'extorsion et d'abus de confiance au sein du cercle de jeu le Cadet dirigé par Serge Kasparian, ont mis en lumière l'implication de ce dernier dans le rachat du Nîmes Olympique au mois d'avril dernier, raconte une source judiciaire au Parisien. Plusieurs propositions d'arrangements avec des clubs de Ligue 2 contre lesquels Nîmes a joué ont également été mis au jour. Serge Kasparian et Jean-Marc Conrad sont soupçonnés d'avoir orchestré des approches avec les dirigeants et le staff technique de ces clubs via plusieurs intermédiaires afin d'éviter au Nîmes olympique la descente à l'échelon inférieur ». Cette affaire ne fait que commencer. Mais elle jette déjà l'opprobre et le discrédit sur un monde du foot qui n'avait pas besoin de ça.

Lire l'article du Point dans son intégralité >>> Cliquez ici

Lire l'article du Parisien dans son intégralité >>> Cliquez ici

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant