[Autres Sports] Caen : Comment Garande a contré la tactique de Bielsa

le
0
[Autres Sports] Caen : Comment Garande a contré la tactique de Bielsa
[Autres Sports] Caen : Comment Garande a contré la tactique de Bielsa
Vainqueur surprise de l'OM au Vélodrome (3-2 après avoir été mené 2-0), l'entraîneur caennais Patrice Garande a offert une petite leçon tactique à son homologue Marcelo Bielsa. Et pourtant, le coach malherbiste n'avait pas tout prévu.

D'abord une surprise. André-Pierre Gignac était bel et bien remplaçant au coup d'envoi de Marseille-Caen vendredi soir, et ça, Patrice Garande ne s'y attendait pas. « Je ne pensais pas qu'il (ndlr : Bielsa) le ferait, a avoué l'entraîneur caennais en conférence de presse d'après-match. C'est un point de vue personnel, je ne peux pas m'immiscer dans le travail de Monsieur Bielsa. Avec mon staff, on a préparé le match comme si Marseille allait aligner son équipe-type : Romao, Imbula, Payet, Ayew sur un côté, Thauvin ou Alessandrini. Je pensais qu'il ferait jouer Gignac devant. Une fois, j'avais changé de système de jeu sur une mi-temps, à Bordeaux, en faisant reculer Julien Féret et en passant en 4-4-2. On a joué les cinq matchs suivants comme ça, on mettait des buts mais on ne gagnait plus.... Donc je pensais sincèrement qu'il ne le ferait pas. »

« L'idée maîtresse, c'était de harceler le milieu »

Une fois la surprise passée et la composition d'équipe dévoilée, Patrice Garande a tenté de lire au mieux la tactique mise en place par Marcelo Bielsa, avec un duo Imbula-A.Ayew à la récupération, et Ocampos et Thauvin sur les côtés. « Quand on a vu la composition du milieu de terrain de Marcelo Bielsa, l'idée maîtresse de notre plan de jeu, c'était de harceler le milieu, notamment à chaque fois qu'Imbula et André Ayew avaient le ballon, il fallait quelqu'un qui sorte sur eux, pour les empêcher de jouer, poursuit le coach caennais. Ça a été mieux fait en deuxième mi-temps. Je leur ai dit de se lâcher, de jouer le match sans crainte. Ça a été au-delà de ce qu'on pouvait espérer (sourire). Marseille avait une grosse pression, se devait de gagner, jouait le titre. Vu la composition d'équipe, j'imaginais que Marcelo Bielsa voulait faire la différence tout de suite, avec un pressing haut pour nous étouffer d'entrée. J'avais dit que plus le temps passerait, plus ça nous serait favorable, à condition qu'on soit acteur et qu'on soit capable de trouver des solutions devant quand on récupère le ballon. En première mi-temps, on n'a pas été capable de le faire, même s'il y avait des occasions, en deuxième on l'a fait beaucoup mieux. »

« Une petite idée derrière la tête »

Restait enfin à trouver la faille dans la défense marseillaise. Mais là encore, le staff caennais avait étudié la question « On avait dans l'idée qu'Imbula et Ayew sont des joueurs portés vers l'avant, et que s'ils y allaient tous les deux, plus les latéraux, plus l'attaquant, plus les autres, il ne restait plus que deux joueurs pour défendre, donc on avait une petite idée derrière la tête ». Une idée qui a fait son chemin, malgré les sorties prématurées de Nangis (28eme) et Bazile (41eme). Caen a marqué trois buts malgré une possession de balle de 36% et s'impose après avoir été mené 2-0 pour la première fois depuis presque dix ans (3-2 à Toulouse le 21 mai 2005).  Un holp-ud ? Pas vraiment, Garande avait (presque) tout prévu. Willy Sagnol, qui se déplacera à Caen avec les Girondins de Bordeaux samedi prochain, est prévenu.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant