[Autres Sports] Boris Diaw estime que la France est prête, malgré une préparation mouvementée

le
0
[Autres Sports] Boris Diaw estime que la France est prête, malgré une préparation mouvementée
[Autres Sports] Boris Diaw estime que la France est prête, malgré une préparation mouvementée

Boris Diaw, comment allez-vous à cinq jours de votre entrée dans la compétition olympique (ndlr : entretien réalisé mardi) ?
Ça reste décontracté. On sait que l?échéance est pour bientôt, mais on ne va pas commencer à se mettre trop de pression ou à être « surtendu ». On attend avec impatience le début de la compet.

Vous estimez-vous prêts pour démarrer la compétition ?
Il reste encore un peu de travail. Mais on arrive prêt à jouer, quoi qu?il arrive, dans la tête et sur le terrain. C?est sûr que la préparation n?a pas été idéale, mais il faut faire avec.

N?avez-vous pas peur que Nicolas Batum et Ali Traoré, qui ont peu joué en matchs amicaux, manquant de rythme ?
Un peu. Notamment au niveau du cardio. Ali a un peu de mal physiquement, au niveau des poumons, mais c?est normal. On ne va peut-être pas le faire jouer 30 minutes d?affilée.

Comment abordez-vous le premier match, face aux Etats-Unis ?
On sait que ça va être un gros match. On a vu la préparation de l?équipe des Etats-Unis, les joueurs qui la composent. Ça va être une équipe très difficile à jouer. Il va falloir se baser pas mal sur la vitesse, essayer de les ralentir. Leur point faible, ça peut être une sur-agressivité. Ils vont essayer de jouer à 100 à l?heure, en contre-attaque, car c?est leur façon de jouer. On va essayer de les ralentir.

Un petit mot sur la Dream Team de 1992, dont vous affrontez les « descendants » dimanche ?
C?est l?équipe ultime. Elle a bercé mon enfance. C?est une équipe que j?ai suivi étant gamin. La façon dont ils ont survolé cette grande compétition, c?est extraordinaire. C?est l?équipe vers laquelle tout le monde essaye de tendre. J?avais 10 ans, je regardais tous les matchs. Je pense que cette équipe a beaucoup changé le basket européen. A partir de ce moment-là, l?écart s?est resserré, car pas mal de jeunes européens ont commencé le basket à cette époque. Ça a été un gros déclic

Avec des matchs tous les deux jours et à toutes les heures et un choc face aux Etats-Unis pour débuter, cette phase de poules s?annonce passionnante?
La formule d?un match tous les deux jours, c?est plutôt bien. Ça permet d?avoir un peu de repos par rapport aux autres compétitions, comme l?Euro ou le Mondial. Les matchs à 9h du matin, c?est quelque chose de nouveau et ça va être forcément compliqué. On a fait un entraînement à 9h du matin, comme en condition de match. On en fera d?autres. Habituellement, je ne suis pas du matin, mais je ferai avec (sourires).

P.G. à Coubertin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant