[Autres Sports] ATP : Wawrinka n'est " pas inquiet "

le
0
[Autres Sports] ATP : Wawrinka n'est " pas inquiet "
[Autres Sports] ATP : Wawrinka n'est " pas inquiet "
Stanislas Wawrinka, qui n'a plus gagné la moindre rencontre depuis l'US Open, a concédé une nouvelle défaite mardi, lors du premier tour du tournoi de Bâle. Alors que de grosses échéances se présentent (Bercy, Masters, finale de la Coupe Davis), le Suisse assure ne pas être inquiet par son niveau de jeu.

Stanislas Wawrinka ne sait plus gagner. Battu au premier tour du tournoi de Tokyo et lors de son entrée en lice au deuxième tour du Masters 1000 de Shanghai, le Suisse a concédé un troisième revers consécutif, mardi au premier tour du tournoi de Bâle face à Mikhail Kukushkin (6-4, 6-7, 6-3). « Je ne suis pas en crise. Je ne suis pas inquiet pour mon niveau de jeu, a assuré l'actuel 4eme joueur mondial, relayé par Le Matin, après sa défaite face au Kazakh, mardi. Je perds ce soir en raison de mes mauvais choix sur le court et d'un manque de confiance. Je me bats davantage contre moi-même que contre l'adversaire. Perdre en Suisse est toujours douloureux. Mais j'ai encore de belles choses à réaliser d'ici la fin de la saison. »

Les échéances sont nombreuses pour le Suisse qui va prendre part au Masters 1000 de Paris-Bercy (27 octobre - 2 novembre), au Masters de Londres (9 novembre - 16 novembre) et à la finale de la Coupe Davis face à la France (du 21 au 23 novembre à Lille). « A Bâle j'aurais pu gagner ce premier tour et aller au bout du tournoi. La semaine prochaine à Bercy, je ne vais pas m'enterrer vivant si je perds à nouveau d'entrée. Mais je me sens toujours capable de réussir quelque chose de grand », confie le vainqueur du dernier Open d'Australie avant d'ajouter : « En ce qui concerne la Coupe Davis, tout peut se produire. Je peux me blesser à Bercy et déclarer forfait pour Lille. Ou gagner le Masters et arriver à Lille en pleine forme. Il est évident que je ne suis pas le même sur le court quand je joue ici à Bâle. Même si j'ai bien joué par le passé en Suisse, à Bâle, à Gastaad et en Coupe Davis... »

En forme de rappel, le Vaudois a fini par conclure : « Quand je regarde mon année 2014, je ne l'échangerais contre rien au monde ! »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant