[Autres Sports] Amélie Mauresmo : " Rien n'est impossible "

le
0
[Autres Sports] Amélie Mauresmo : " Rien n'est impossible "
[Autres Sports] Amélie Mauresmo : " Rien n'est impossible "
Amélie Mauresmo a donné ce mercredi la liste des joueuses sélectionnées pour affronter la République Tchèque lors de la demi-finale de Fed Cup les 18 et 19 avril prochain. Pas de changement, la capitaine de l'équipe de France fait de nouveau confiance au groupe victorieux face à l'Italie pour défier les tenantes du titre.

Amélie Mauresmo, pourquoi avoir choisi les même que face à l'Italie ?
Le choix s'est faitsur le plan sportif, au niveau des résultats qui se sont déroulés et un peu sur la dernière rencontre. C'est vrai que j'attache pas mal d'importance au groupe et à ce qui c'est passé. Le groupe a bien vécu, tout a bien fonctionné, même au-delà du week-end, pendant toute la semaine de préparation. Aujourd'hui ce sont les quatre joueuses qui sont les plus performantes, que ce soit en simple ou en double sur le circuit.

Vous n'aviez pas tellement le choix pour les quatre... Ce sont vraiment les quatre sur lesquels vous pouvez vous appuyer ?
Ce sont les quatre qui sont aujourd'hui les plus performantes. C'est une sélection très logique, très simple et sans surprise.

« L'équipe est plus forte c'est une évidence »

Avez-vous l'impression que le groupe a franchi un cap entre la rencontre contre les Etats-unis (en barrage d'accession l'an passé) et celle contre l'Italie ?
Cela a été vraiment différent, je ne sais pas si l'on  peut parler de cap, en tout cas depuis que j'ai pris le poste il y a vraiment tout un tas de choses qui se construisent au fur et à mesure. On a une équipe plutôt jeune, les filles progressent, les filles évoluent, elles se sentent de mieux en mieux, en simple, et en double individuellement. De fait, l'équipe est plus forte c'est une évidence.

Quatre victoires d'affilée, vous êtes sur une superbe dynamique. Sur quoi s'appuie cette dynamique ?
Moi, sur ce que je vois sur ces quatre dernières rencontres, on a des joueuses différentes qui vont ramener les points, que ce soit en simple ou en double. Je pars de Marion (Bartoli) et Alizé (Cornet) qui nous ont permis d'éviter la relégation en 3eme division en 2013, jusqu'à Caroline (Garcia) et Kristina (Mladenovic) en Italie sur la dernière rencontre. Entre temps l'équipe a tournée un petit peu. Il y a eu Virginie (Razzano), Alizé de nouveau, Caroline aux Etats-unis l'année dernière, Kristina sur la dernière rencontre... Pour moi le groupe est ma priorité. Evidement, cela s'appuie sur des performances individuelles. A partir du moment où les filles se sentent bien pour évoluer parmi ce staff et les unes avec les autres, ça facilite leur épanouissement au sein de cette équipe de France.

Qu'avez-vous tiré comme enseignements après cette victoire miraculeuse face aux Italiennes ?
Evidemment, le fait de revenir de 0-2 à 3-2, cela peut nous porter sur d'autres rencontres qui seront difficiles. Cela nous arrivera de nouveau dans le futur, que ce soit cette année ou les prochaines années, d'être dans cette situation. Cela m'est arrivé en tant que capitaine sur ma toute première rencontre, on n'avait pas su inverser la tendance. C'est vrai que cela donne une force supplémentaire. Les filles entre elles savent que rien n'est impossible finalement.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant