[Autres Sports] A.Théaux : " Je vise le podium sur chaque course "

le
0
[Autres Sports] A.Théaux : " Je vise le podium sur chaque course "
[Autres Sports] A.Théaux : " Je vise le podium sur chaque course "
A un peu plus d'un mois du début de la saison en descente et de l'entrée en lice d'Adrien Théaux (30 ans) sur la piste de Lake Louise au Canada (29 novembre), le descendeur de Val Thorens revient sur sa préparation - avec notamment un changement d'équipementier - et sur ses objectifs de l'hiver.

Adrien Théaux, comment vous sentez-vous avant le début de la saison et que retenez-vous de l'année dernière ?
Je me sens très bien. Les JO ne se sont pas très bien passés pour moi (18eme en descente, 11eme en super-G et 17eme en combiné), mais c'est le jeu ; ce n'est pas la première ni la dernière course que je vais rater malheureusement. Si c'était tout beau, tout rose tout le temps, cela ne serait pas marrant. C'est ce que l'on aime dans le sport, il faut savoir l'accepter. Ce que je retiens de la saison dernière, c'est qu'elle n'a pas été mauvaise pour moi. Je fais mon meilleur début de saison jusqu'aux Jeux, avec deux podiums et deux quatrièmes places. Ensuite, il y a eu les JO, et la fin de saison a été moins bien car je me suis pété le poignet sur la dernière course de la saison. Il faut savoir rebondir, j'ai changé de matériel et d'équipement, je suis passé chez Head. Il y a pas mal de choses qui font que l'on se remobilise rapidement et que l'on a hâte de commencer cette nouvelle saison, d'autant qu'il y a les Championnats du monde cette année (ndlr : à Vail-Beaver Creek en février 2015) qui restent un objectif.

Vous avez parlé de changement de matériel et d'équipement, quelles différences y a-t-il avec l'ancien ?
C'est quand même un gros changement car on change de skis, de fixations et de chaussures. Moi, c'est une marque que je ne connaissais pas, je n'avais jamais skié avec. C'est un changement relativement important. Ça nous change techniquement, ça nous change tous nos repères de trajectoires, de sensations sur les skis. Il faut quand même un petit temps d'adaptation et pour cela, il faut faire des kilomètres et des kilomètres de ski. Pour le moment, ça se passe plutôt bien et je suis content.

« J'ai encore des paliers à franchir »

Votre blessure au poignet a-t-elle gêné votre préparation ?
Non car cela m'est arrivé mi-mars. Cela m'a juste gêné dans le sens où je n'ai pas pu faire les Championnats de France à 100%. Sur la préparation, je n'ai ressenti aucune gêne. Ce n'était pas une grosse blessure comme le genou où il faut six mois de rééducation.

Avez-vous changé votre préparation par rapport à l'an dernier ?
Non, lors de la préparation physique le but c'est de bien se préparer car la saison est extrêmement longue, il faut être régulier tout le temps. Une saison, c'est quand même quatre mois et demi, et pour nous, les descendeurs, il y a les courses, et avant des entraînements chronométrés sur lesquels on doit être à 100% pour éviter les risques. Ça use physiquement et mentalement donc le but c'est de se préparer là-dessus.

Comment peut-on expliquer que d'une saison à l'autre les résultats puissent être différents pour un skieur ?
C'est vraiment une accumulation de plein de petites choses. En ce qui me concerne, j'ai encore des paliers à franchir, mais passer du peloton aux podiums... je ne peux pas vraiment l'expliquer. Il faut un déclic. Pour moi, ça a été les Championnats du monde à Val-d'isère en 2009 où je finis cinquième de la descente. Je me suis aperçu que j'étais capable de rivaliser avec les grands et je me suis dis inconsciemment '' tiens j'ai le potentiel pour être parmi les meilleurs '' et ça donne de la confiance. La confiance dans le sport prend une grande partie dans le résultat. Après on travaille sur des combinaisons et plein de petits détails qui font que lorsqu'on accumule tout, cela nous permet de passer un palier. Cette saison, le but est d'être bien classé à chaque fois pour viser le globe d'une discipline et pour cela on ne peut pas se permettre de s'éloigner du podium.

« Le niveau de l'équipe de France est bon »

Que pensez-vous du niveau général de l'équipe de France ?
Le niveau est bon. On se tire bien la bourre entre nous, je pense que pour le moment on est pas mal. Le juge de paix sera vraiment le début de la saison à Lake Louise fin novembre, car même quand on s'entraîne avec d'autres équipes, beaucoup font de l'intox et cela est assez marrant à voir.

Avant le départ d'une course, que se passe-t-il dans votre tête dans le portillon de départ ?
Je vais parler de Kitzbühel (ndlr : en Autriche) car c'est la plus mythique et c'est là qu'on a le plus d'émotions. Généralement, c'est énormément de concentration, on ne pense quasiment à rien. On est juste concentré sur ce que l'on doit faire, surtout pour les premières portes. On ne s'éparpille pas à penser à autre chose car ce serait trop dangereux. On est juste dans notre bulle avec l'objectif d'arriver premier en bas, sans se focaliser sur une porte ou un endroit de la piste. Une fois que l'on est parti, c'est un peu une délivrance car il y a beaucoup de pression avant le départ.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant