Autoroutes : les usagers se rebiffent

le
1
Autoroutes : les usagers se rebiffent
Autoroutes : les usagers se rebiffent

C'est la révolte des usagers de la route. Pour la première fois, une action collective est engagée aujourd'hui contre les puissantes sociétés d'autoroutes. Objet de cette opération coordonnée par l'avocate et ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage, avec le site Actioncivile.com : demander le remboursement d'une partie des frais dépensés par des millions d'automobilistes sur cinq des plus anciennes portions d'autoroute de France. Dont l'A 6 et l'A 7... qui les emmènent aujourd'hui vers le Sud, sur la route chargée des vacances au ski.

Le raisonnement de ces juristes ? Lorsqu'ils passent au péage, les usagers doivent payer le juste prix et n'ont pas à être mis à contribution pour financer autre chose que les coûts de construction et de fonctionnement d'une autoroute. Or, s'appuyant sur un rapport de la Cour des comptes de 2013 et un avis de l'Autorité de la concurrence de 2014, c'est tout le contraire d'après Corinne Lepage (Lire interview ci-contre). Selon elle, jamais les tarifs des péages n'ont été aussi opaques. Au-delà du remboursement des usagers, sa démarche vise surtout à ce que l'on remette à plat le mode de calcul des prix payés par les automobilistes. Mais dans un premier temps, c'est une bagarre d'ampleur qui s'annonce, autour du prix réel de votre ticket de péage. Si la médiation proposée par Actioncivile.com se heurtait à une fin de non-recevoir, des milliers de recours pourraient être déposés devant les tribunaux d'instance.

Un nouveau front

Après le bras de fer que l'Etat vient d'engager avec les sociétés d'autoroutes, à qui il a refusé une augmentation des tarifs, c'est donc un nouveau front qui s'ouvre pour les professionnels du secteur, accusés de rouler sur l'or. Ces derniers, s'appuyant sur des contrats en « béton » signés avec l'Etat, mettent en avant au contraire les milliards d'euros avancés pour construire et entretenir des milliers de kilomètres de réseaux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2266292 le vendredi 13 fév 2015 à 07:31

    Des installations publiques doivent rester la propriété de tous les Français et non pas bénéficier aux escros qui s'en mettent plein les poches. les milliards de bénéfice devraient permettre les investissements et la baisse des tarifs autoroutiers pour tous.