Autoroute A831 : des élus dénoncent le "caprice" de Ségolène Royal

le
0
Ségolène Royal a déclaré que les élus pouvaient bien manifester, elle ne cédera pas.
Ségolène Royal a déclaré que les élus pouvaient bien manifester, elle ne cédera pas.

"Ce matin, les Vendéens et les Charentais ont découvert dans le journal qu'ils étaient revenus au Moyen Âge : c'est le fait de la princesse qui s'étale à la une de la presse !" Le sénateur de la Vendée Bruno Retailleau (UMP) a trempé sa plume dans le vitriol pour réagir à la décision de Ségolène Royal d'opposer son veto à l'autoroute A831, un tronçon de 60 kilomètres environ qui doit relier la Vendée à la Charente-Maritime et qui, pour son malheur, traverse le marais Poitevin. D'où le titre du billet du sénateur publié samedi sur son blog : "Le marais Poitevin n'est pas le jardin de Ségolène Royal !" L'élu, qui ne décolère pas, file la métaphore dans Ouest-France : "C'est le caprice de dame Ségolène Royal, [...] qui se prend peut-être pour Aliénor d'Aquitaine", s'étrangle-t-il. Depuis deux jours, la polémique prend de l'ampleur. En effet, le sénateur UMP n'est pas le seul à se révolter contre la décision unilatérale de la ministre de l'Écologie. Jacques Auxiette, président (PS) du conseil régional des Pays de la Loire, n'y va pas non plus par quatre chemins : "La déclaration de madame Royal intervient de façon totalement improvisée", a-t-il déclaré. Selon lui, c'est le contournement du Marais imposé par Ségolène Royal elle-même qui entraîne le surcoût qu'aujourd'hui l'État ne veut pas financer : "Tout se passe comme si Ségolène Royal redevenue ministre de l'Écologie ne voulait pas déjuger...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant