Automobile. PSA : Tavares, un patron à fond la caisse

le
0
Automobile. PSA : Tavares, un patron à fond la caisse
Automobile. PSA : Tavares, un patron à fond la caisse

Carlos Tavares, la revanche. Ça sonne comme le sous-titre d'une affiche de combat de boxe. Avec le rachat officialisé hier d'Opel et de sa filiale britannique Vauxhall à l'américain General Motors pour 1,3 Md¤, le président du directoire de PSA entre définitivement dans la catégorie des patrons poids lourds de l'automobile. Fort désormais d'une production de plus de 5 millions de véhicules, le nouveau groupe change de dimension et devient ainsi numéro deux en Europe. Juste derrière Volkswagen.

 

Un sacré coup stratégique pour le patron de PSA qui, après trente-deux ans passés chez Renault, le rival de toujours, a pris les commandes du constructeur au lion début 2014. Il faut dire qu'avec sa silhouette d'athlète et son visage d'ascète, ce centralien de 58 ans, né à Lisbonne de parents francophiles et qui a renoncé à la nationalité française pour ne pas perdre sa nationalité portugaise, a tout d'un compétiteur. « Il a l'esprit de compétition dans le sang, témoigne l'un de ses anciens collaborateurs chez Renault. Mais il est plutôt dans le travail d'équipe que dans l'individualisme. C'est ce qui fait sa force et sa capacité à mobiliser. » Son goût du « travailler ensemble », comme de la victoire, il l'assouvit d'ailleurs également sur les circuits, lors de rallyes et de courses d'endurance auxquels il participe avec sa propre écurie : Clémenteam Racing, un clin d'½il à l'une de ses trois filles.

«Il est plutôt dans le travail d'équipe que dans l'individualisme. C'est ce qui fait sa force»

l'un de ses anciens collaborateurs chez renault

Bref, Carlos Tavares aime la vitesse, les défis... et ne craint pas parfois de s'exposer. Ainsi, le jour de ses 55 ans, alors qu'il occupe -- de fait -- le poste de numéro deux chez Renault, dans l'ombre du charismatique Carlos Ghosn, il déclare à l'agence Bloomberg avoir « l'énergie et l'appétit pour devenir numéro un ». Et avance même le nom du constructeur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant