Automobile : Peugeot signe son retour dans le CAC 40

le
0
Automobile : Peugeot signe son retour dans le CAC 40
Automobile : Peugeot signe son retour dans le CAC 40

Deux ans après avoir subi un affront en étant sorti du CAC 40, l'indice phare de la bourse de Paris, après 15 ans de présence, PSA Peugeot Citroën vient de faire son grand retour, ce lundi, dans la cour des grands à la suite de la décision du Conseil scientifique des indices. Le constructeur automobile remplace la société numérique Gemalto.

En septembre 2012, le groupe français était au plus mal, perdant 200 millions d'euros de cash par mois et évitant de peu la faillite. Au prix d'un plan social d'ampleur avec la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et de l'arrivée dans le capital de l'Etat et du chinois Dongfeng à hauteur de 14% chacun, le groupe qui a bénéficié de surcroit d'une reprise du marché automobile européen, s'est remis dans la bonne trajectoire. Il vise désormais d'ici à 2018 une marge opérationnelle de 2% pour sa division automobile, contre 0,3% en 2014. Dans le même temps, l'action qui avait bu la tasse avec un point bas à près de 3,5 euros en novembre 2012 est remontée aux alentours de 15 euros. Encore très loin toutefois de son sommet à 55 euros atteint en 2007.

«Une première étape»

En 2014, le constructeur automobile conduit par Carlos Tavares a divisé par quatre sa perte nette et a affirmé en février être en avance sur son plan de « reconstruction.» «La rentrée dans le CAC 40, c'est un encouragement pour toutes les équipes PSA à continuer dans cette reconstruction économique», a expliqué Jean-Baptiste de Châtillon, le directeur financier lors d'une cérémonie au siège de l'opérateur boursier Euronext à Paris tout en prévenant qu'il s'agit d'une «première étape».

La présence de Peugeot dans l'indice phare n'est pas neutre. Faire partie du CAC40 lui offre une visibilité plus grande auprès des investisseurs étrangers et en particulier auprès des fonds de pension anglo-saxons. Par ailleurs, le Conseil scientifique privilégie les entreprises qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant