Automobile : le traitement de choc du groupe PSA commence à faire effet

le
2
Automobile : le traitement de choc du groupe PSA commence à faire effet
Automobile : le traitement de choc du groupe PSA commence à faire effet

Encore malade, le groupe PSA Peugeot-Citroën voit son bilan de santé s'améliorer au premier semestre 2013. Le constructeur automobile est parvenu à diviser presque par deux sa perte, à 426 millions d'euros contre 818 millions d'euros à la même période de 2012. «Au premier semestre, nous voyons les premiers signes du redressement du groupe, a expliqué Philippe Varin, le pdg du groupe. Nous avons pris des mesures parfois difficiles, pour retrouver le chemin de la rentabilité en Europe: plan de restructuration, gestion de notre trésorerie, offensive commerciale.»

Pour autant, la convalescence devrait encore durer. Le groupe reste englué dans un marché automobile européen déprimé, en repli de 7% depuis le début de l'année alors qu'il y réalise toujours près de 60% de ses immatriculations. Au total, son chiffre d'affaires a reculé de 3,8% à 27,7 milliards d'euros sur cette période. En attendant, PSA va continuer à serrer les boulons avec pour ambition de réduire «au moins par deux sa consommation» par rapport à l'an passé ses flux de trésorerie. Actuellement, le groupe consomme près de 100 millions de cash par mois. Mais plusieurs éléments commencent à porter leurs fruits.

Un plan de départ presque bouclé. Le plan de départs volontaires de 5 500 salariés avant la fin décembre 2013 est presque atteint. Selon la direction, 5 100 salariés y ont déjà souscrit. Au total entre mai 2012 et mai 2014 quand l'usine d'Aulnay-Sous-Bois aura fermé ses portes, le groupe PSA aura vu ses effectifs fondre de 11 200 personnes. Au delà, comme Renault, PSA a engagé des négociations avec les syndicats pour un «nouveau contrat social» dont l'objectif est de maintenir le tissu industriel en France en rendant les usines plus compétitives. Ces négociations qui vont demander aux salariés de faire des concessions (modération salariale, temps de travail,...) pourraient aboutir d'ici la fin de l'année.

Philippe Varin évoque les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • idoine37 le mercredi 31 juil 2013 à 16:37

    si les ventes d'autos ne reprennent pas en europe, et avec les inquiétudes du côté chinois on n'est pas encore sorti de l'auberge....

  • crcri87 le mercredi 31 juil 2013 à 11:23

    Tant mieux si cela s'améliore ce ne sera pas grâce aux élucubrations de Montarebours