Automobile: le secteur veut sa part du gâteau de la voiture connectée

le
0
Automobile: le secteur veut sa part du gâteau de la voiture connectée
Automobile: le secteur veut sa part du gâteau de la voiture connectée

Constructeurs et équipementiers automobiles espèrent bien tirer de nouveaux revenus du développement de la voiture connectée mais ils vont devoir affronter d'autres entreprises, notamment du monde de l'informatique, aussi décidées à prendre leur part du gâteau.Le salon automobile IAA de Francfort qui ouvre ses portes jeudi, d'abord aux professionnels, est l'occasion pour eux de rivaliser de nouveautés.L'équipementier français Valeo propose ainsi un système qui permet d'ouvrir et de faire démarrer sa voiture avec un smartphone et qui remplace la clé de contact. Il pourrait faire son apparition sur le marché d'ici quelques années.L'allemand Opel et l'américain Ford ont annoncé avoir amélioré leur offre "mains-libres" qui permet de parler à sa voiture. Par exemple, nul besoin de taper l'adresse vers laquelle on se dirige sur son GPS, il suffit de la dire.C'est souvent en partenariat avec des entreprises informatiques que les constructeurs automobiles ont développé leurs plate-formes de contenus embarqués. Elles permettent, via un écran, de téléphoner, de s'orienter, d'écouter la radio en flux continu (streaming) et d'avoir accès à différents services pendant son trajet grâce à une carte SIM intégrée qui donne accès au réseau téléphonique 3G.Leur objectif est de "tirer des revenus réguliers" de cette offre, explique Samuel Ropert, consultant pour l'institut spécialisé dans les télécoms Idate. Mais selon lui, il n'est pas certain que les clients qui payent déjà un abonnement pour leur smartphone soient prêts à débourser de l'argent en plus, d'autant que ces systèmes ne sont pas compatibles entre eux.Pour remédier à ce problème, Daimler, General Motors, Honda, Hyundai, PSA Peugeot Citroën, Toyota et Volkswagen ont collaboré avec des fabricants de smartphone (HTC, LG Electronics, Nokia, Panasonic et Samsung) pour développer un standard commun, Mirrorlink, afin de relier son smartphone à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant