Automobile : l'Etat monte à près de 20% du capital de Renault

le
3
Automobile : l'Etat monte à près de 20% du capital de Renault
Automobile : l'Etat monte à près de 20% du capital de Renault

Alors que l'Etat s'est engagé à vendre pour 4 milliards d'euros de certaines participations dans des entreprises, le ministère des Finances vient d'annoncer avoir acheté 9,56 millions de titres de Renault. L'Etat se réserve la possibilité d'acheter 4,44 millions de titres supplémentaires pour une somme comprise «entre 814 millions d'euros et 1,23 milliard d'euros», précise le ministère. Sa participation à la suite de cette opération va augmenter jusqu'à 19,74% du capital de Renault contre 15,01% auparavant. 

Pourquoi cet intérêt soudain pour le constructeur automobile ? L'enjeu est-il industriel, pour influencer le constructeur à développer de nouvelles technologies ? La réponse se trouve plutôt sur fond de guerre avec certains actionnaires alors que l'assemblée générale doit se tenir le 30 avril.

Une résolution déposée vise à empêcher l'acquisition de droits de vote doubles par les actionnaires détenant des titres depuis plus de deux ans. Cette disposition, issue de la loi Florange, prévoit «que, sauf décision contraire des assemblées générales, les actionnaires qui conservent leurs titres pendant au moins deux ans sont récompensés par l'octroi de droits de vote doubles : au bout de deux ans, chaque action qu'ils détiennent leur donne deux voix lors des assemblées générales.»

Ces droits de vote doubles sont déjà en place dans 22 entreprises du CAC 40, comme EDF, GDF Suez ou Orange. L'objectif est de favoriser les actionnaires «fidèles» ou les salariés actionnaires... Problème : certains fonds spéculatifs voient cela d'un mauvais oeil et cherchent dans les assemblées générales à rassembler une majorité des deux tiers pour casser ce dispositif et revenir au bon vieux principe "une action, une voix".

Ainsi, en montant dans le capital du constructeur automobile, l'Etat leur coupe directement l'herbe sous le pied et cette résolution n'a, a priori, aucune chance de passer. Au terme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • spcmg71 le mercredi 8 avr 2015 à 10:28

    Pas bon pour le titre Renault, ça.

  • gnapi le mercredi 8 avr 2015 à 10:27

    Avec quel argent ? L'Etat s'aroge le droit de boursicoter avec l'impôt sur le revenus des veuves, des smicards (qui sont devenus contribuables sous la mandature actuelle, celle qui n'est ni l'ami des riches ni celle des sans dents) et l'impôt forfaitaire des TPE. Surement une autre mesure de justice sociale.

  • godardja le mercredi 8 avr 2015 à 10:08

    Vraiment, l'Etat avait-il besoin de dépenser l'argent du contribuable pour monter au capital de Renault ?? C'est le contraire de ce qu'il faut faire.